Le développement de l’industrie chinoise de fabrication de puces semble prometteur, alors que les processeurs avancés de 28 et 14 nanomètres (nm) devraient respectivement entrer dans la phase de production en série d’ici la fin de l’année et l’année prochaine, selon un expert.

Wen Xiaojun, directeur de l’Institut de l’information électronique au Centre chinois pour le développement de l’industrie de l’information (CCID), a déclaré au portail d’information chinois huanqiu.com qu’il voyait des signes plus encourageants dans l’industrie chinoise de fabrication de puces, malgré les défis technologiques.

Le processeur 14nm du pays a surmonté de nombreuses difficultés technologiques grâce à des améliorations significatives des techniques de fabrication, des technologies de conditionnement et des matériaux d’équipement clés, ce qui indique que la technologie de ce noeud spécifique va arriver à maturité et entrer dans la production de masse d’ici l’année prochaine, a expliqué Wen Xiaojun.

«Cela veut dire que la dépendance totale de la Chine à l’égard des chaînes d’approvisionnement étrangères touche à sa fin», a-t-il avancé. Selon les statistiques, le marché mondial des semi-conducteurs a réalisé environ 200 milliards de dollars (180 milliards d’euros) de ventes au premier semestre 2019.

Le procédé de fabrication de puces 14 nm a représenté 65% de ces ventes, car il est très utilisé dans des domaines tels que l’électronique grand public haut de gamme, l’informatique à haut débit, l’intelligence artificielle et l’automobile.

Les lignes de production pour la fabrication de puces 14nm et 12nm sont considérées comme essentielles dans le secteur des semi-conducteurs, car les processeurs de 14 nm et plus peuvent répondre à près de 70 % de la demande de puces du secteur, et le noeud 12nm peut répondre aux exigences de la plupart des puces 5G de milieu de gamme.

Avec un optimisme prudent, Wen Xiaojun a fait remarquer que, bien que l’industrie chinoise de la fabrication de puces obtienne des résultats impressionnants en ce qui concerne le noeud 14nm, les acteurs de l’industrie nationale doivent encore rattraper les autres géants mondiaux afin de combler le fossé technologique, ce qui, selon lui, «exige de consacrer davantage de temps, d’investissements et de ressources humaines»

Dans une interview accordée au début du mois de mai à weiot.net, un média spécialisé dans l’industrie de l’Internet des objets (IoT), Ni Guangnan, académicien de l’Académie chinoise d’ingénierie, a également souligné l’importance de rester à la pointe de l’industrie de fabrication de puces avancée pour rattraper les autres pays leaders.

Ni Guangnan a déclaré que les nouvelles percées technologiques réalisées dans les noeuds 28 nm et 14 nm, plus avancés, remonteront le moral de l’industrie chinoise des semi-conducteurs et faciliteront la croissance dans des secteurs de pointe comme les véhicules à énergie nouvelle et l’intelligence artificielle.

La Conférence mondiale sur les semi-conducteurs a débuté le 9 juin dernier à Nanjing, chef-lieu de la province chinoise du Jiangsu (est), et a permis de présenter les technologies et les applications novatrices de l’industrie des semi-conducteurs en Chine et à l’étranger. Des leaders de l’industrie tels que Taiwan Semiconductor Manufacturing Company (TSMC), Semiconductor Manufacturing International Corporation (SMIC), Synopsys Inc et Montage Technology ont participé à la conférence aux côtés de plus de 300 exposants.

Selon un article du quotidien China Daily, les statistiques montrent que le volume des ventes mondiales de produits de semi-conducteurs a atteint 123,1 milliards de dollars au premier trimestre de 2021, soit une hausse de 17,8% en glissement annuel.