Craignant une invasion de l’île par la Chine, l’armée taïwanaise a publié un manuel de survie à destination de la population, dans le but d’apprendre à stocker des vivres et à trouver des abris anti-bombes

Le ministère taïwanais de la Défense a publié un manuel destiné aux taïwanais qui détaille les informations d’intervention en cas d’urgence majeure, y compris un conflit militaire, afin d’être mieux préparés à diverses éventualités.

Le document donne des pistes pour stocker des vivres et trouver les abris lors de bombardements. L’invasion de l’Ukraine par la Russie suscite de l’inquiétude à Taïwan, où les dirigeants craignent une réunification par la force si nécessaire.

Lire aussi : Taïwan se compare à l’Ukraine

Pour tout savoir de Taïwan, cliquez sur l’image!

Le guide de 28 pages contient des informations que «le grand public peut utiliser comme manuel d’urgence en cas de crise militaire ou de catastrophe naturelle», a déclaré le porte-parole du ministère de la Défense, Sun Li-fang.

Lors d’une conférence de presse Liu Tai-yi, un responsable de mobilisation générale du ministère de la Défense, a également déclaré que le manuel en chinois contient des codes QR que les utilisateurs peuvent scanner pour accéder à des indications sur les endroits où aller et ce qu’il faut faire en cas d’urgence majeure.

Lire aussi : La situation de Taiwan diffère avec celle de l’Ukraine

Le document taiwanais indique aux habitants comment entre autre reconnaître les sirènes d’alerte aérienne, et d’autres comportements à suivre en cas de bombardement ou de désastre naturel.

D’après Radio Taiwan International, le texte comporte également un chapitere sur la préparation au combat et la mobilisation des forces de réserve en temps de guerre; Il fournit aussi un guide général sur les lieux où les réservistes devront se présenter si une guerre éclate.

Le ministère de la Défense a dit travailler sur ce projet depuis 2021, et avoir pris en compte les informations provenant de manuels publiés par les gouvernements suédois et japonais, ainsi que les contributions d’universitaires, de gouvernements et d’experts locaux.