Le ministre des affaires étrangères de Taïwan, Joseph Wu, a comparé la situation de l’Ukraine à celle de Taïwan, et a dit espérer que la communauté internationale continue à fournir des armes à Taïwan, afin que la Chine n’ose pas «envahir» Taïwan par la force.

D’ailleurs dans un entretien exclusif accordé à Debi Edward pour le site web de la chaîne de télévision britannique ITV News, le ministre taiwanais a indiqué que « face à la campagne de coercition menée par la Chine, Taiwan est déterminé à maintenir son mode de vie démocratique ».

En 2021, les avions militaires chinois ont conduit près de 1 000 sorties dans la zone d’identification de la défense aérienne (ADIZ) taïwanaise, a indiqué le ministre. « Pour résister aux tactiques autoritaires de la Chine, Taiwan est résolu à améliorer ses capacités défensives tout en étendant sa coopération avec des partenaires animés du même esprit », a assuré Joseph Wu.

Lire aussi : Joe Biden a approuvé la vente d’arme à Taïwan

« Maintenir le statu quo dans le détroit de Taiwan est désormais un but partagé par les pays à travers l’Indo-Pacifique et le monde« , a assuré ce dernier, ajoutant que « Taiwan est prêt à discuter avec la Chine sur la base des principes de paix, de réciprocité et de dialogue ».

« Le gouvernement observe avec attention l’alliance apparente entre la Chine et la Russie, et l’éventualité d’un soutien du gouvernement chinois à une intervention russe en Ukraine ou d’un soutien du gouvernement russe aux actions futures du gouvernement chinois contre Taiwan », a poursuivi le ministre.

Pour la porte-parole du ministère chinois des affaires étrangères, Hua Chunying, « il est imprudent de la part de certaines personnes des autorités de Taïwan de s’accrocher à la question de l’Ukraine et de l’exploiter à leur avantage ».

« Taïwan n’est certainement pas l’Ukraine. Taïwan fait partie intégrante du territoire chinois. C’est un fait historique et juridique incontestable. Le principe d’une seule Chine est une norme universellement reconnue régissant les relations internationales », a indiqué cette dernière.

La porte-parole a souligné que « la paix de la région de Taïwan dépend du développement pacifique des relations entre les deux rives du détroit, plutôt que du fait de flatter servilement les forces étrangères pour les ventes d’armes et le soutien militaire. L’ ‘indépendance de Taïwan’ ne mène qu’à une impasse. Personne ne doit se faire d’illusions ni faire d’erreur de jugement sur cette question ». 

Selon elle, « depuis que la crise ukrainienne a éclaté, Taïwan a été fréquemment mentionné par certaines personnes. Certaines de leurs remarques révèlent pleinement leur méconnaissance de l’histoire de la question de Taïwan ».