Le ministre de la Défense, Peter Dutton, a présenté à la presse le 13 mai une carte montrant la trajectoire d’un navire et la vidéo l’identifiant comme étant le Haiwangxing, un bâtiment de renseignement.

Le ministre australien de la Défense a dénoncé la trajectoire «agressive» d’un navire espion chinois sur la côte ouest du pays. Il a expliqué qu’il est «très inhabituel» de voir un navire de la composante navale de l’APL s’aventurer «aussi loin dans le sud».

Ce dernier a indiqué qu’il ne pouvait pas préciser la date à laquelle le navire avait été repéré, mais un communiqué du ministère de la Défense montre qu’il a été suivi entre le 6 et 13 mai.

Il a assuré que l’armée de l’air australienne a surveillé le navire, qui est entré dans la Zone économique exclusive de l’Australie. Une zone qui s’étend au-delà des eaux territoriales australiennes. Le gouvernement australien avait déclaré que les navires espions chinois pouvaient y opérer.

«Ses intentions, bien sûr, sont de glaner du renseignement le long de la côte, et il s’est trouvé à proximité d’installations militaires et de renseignement», a déclaré le ministre. «Je pense que c’est un acte agressif, en particulier parce qu’il est venu si loin au sud», a-t-il dit.

Le navire espion chinois aurait été vu à moins de cinquante nautique de la station de communications navales de Harold E Holt, située à Exmouth, sur la côte nord-ouest du pays. Cette station de communications navales de Harold E Holt, la plus puissante de l’hémisphère sud, est utilisée par l’US Navy et la Royal Australian Navy pour fournir des transmissions radio à très basse fréquence [VLF] à leurs sous-marins et navires respectifs dans l’ouest de l’océan Pacifique et l’est de l’océan Indien.

«C’est clairement un navire de renseignement et ils nous regardent et nous les surveillons de près», a déclaré Scott Morrison, qui a estimé que cette présence était «préoccupante».

Le bateau chinois, « Haiwangxing » [de Type 815G], aurait suivi les côtes occidentales de l’Australie jusqu’à la hauteur d’Exmouth avant de mettre le cap vers l’est et pris la direction de Darwin, où est implantée une importante base aérienne ainsi qu’un port militaire.

Le « Haiwangxing » affiche un déplacement de 6000 tonnes et est équipé de capteurs pour la collecte de renseignements d’origine électromagnétique [ROEM] et le suivi des missiles balistiques.

A priori, la marine chinoise s’aventure de plus en plus dans le sud du Pacifique. En novembre dernier, un navire espion chinois a été repéré au large de Darwin (nord) dans la Zone économique exclusive. «Ils peuvent se trouver dans ces zones, tout comme nous pouvons aller en mer de Chine méridionale. Donc on ne fait d’histoire pour ça», avait alors déclaré Scott Morrison.

En février 2022, deux de ses navires – le « destroyer » de type 052D « Hefei » et le navire d’assaut amphibie de type 071 « Jinggang Shan » – avaient été repérés dans la zone économique exclusive [ZEE] australienne, plus particulièrement dans la mer d’Ararufa, bordée par le nord de l’Australie et la Nouvelle-Guinée.

L’un d’eux avait d’ailleurs pointé un laser en direction d’un avion de patrouille maritime P-8A Poseidon de la Royal Australian Air Force [RAAF].