Le président américain Donald Trump prévoit de signer une loi appelant à des sanctions contre des dirigeants chinois, qu’il juge responsables de l’oppression des musulmans ouïghours, a déclaré lundi une source proche du dossier à l’agence de presse, Reuters.

Le projet de loi prévoit des sanctions contre les responsables de ce que les institutions américaines considèrent comme de la répression envers les Ouïghours et d’autres groupes musulmans.

Adopté en mai 2020 par la Chambre des représentants des États-Unis et le Sénat, le projet concerne principalement la province chinoise du Xinjiang, où les Nations Unies estiment que plus d’un million de musulmans ont été détenus dans des camps.

L’ambassade de Chine à Washington a répété une déclaration antérieure, notant que le projet de loi «étouffe ouvertement les mesures antiterroristes et de déradicalisation de la Chine et interfère sérieusement dans les affaires intérieures de la Chine», ce que la Chine «déplore et s’oppose fermement».

« Nous exhortons les États-Unis à rectifier immédiatement leur erreur, à cesser d’utiliser les problèmes liés au Xinjiang pour intervenir dans les affaires intérieures de la Chine et à s’abstenir d’aller encore plus loin sur la mauvaise voie », a ajouté l’ambassade.

Ce texte intervient dans un contexte de tensions croissantes entre Beijing et Washington sur des questions commerciales, technologiques, législatives par rapport à Hong Kong, et sur les origines de la pandémie de coronavirus.

La Chine nie avoir mal géré l’épidémie et a déclaré que les États-Unis devraient cesser de s’ingérer dans les affaires de Hong Kong et de la Chine.

Pourtant, Donald Trump a récemment déclaré qu’il n’envisageait pas d’imposer des sanctions au président Xi Jinping personnellement en raison de la pression de la Chine pour imposer la législation à Hong Kong.

Mais le président républicain a ordonné à son administration de commencer à éliminer le traitement spécial des États-Unis accordé à Hong Kong afin de punir la Chine, et a déclaré que Washington imposerait également des sanctions aux individus considérés comme responsables « d’étouffer – d’étouffer absolument – la liberté de Hong Kong ».

Le projet de loi sur les ouïghours, proposé par le sénateur républicain Marco Rubio, désigne le secrétaire du Parti communiste du Xinjiang, Chen Quanguo, membre du puissant Politburo chinois, comme responsable des « violations flagrantes des droits de l’homme » à leur encontre.