L’Assemblée nationale populaire a adopté une nouvelle loi contrôlant les exportations de biens, services et technologies sensibles, afin de contrer l’escalade des restrictions imposées aux entreprises technologiques chinoises par les États-Unis.

Cliquez pour en savoir plus sur la confrontation entre la Chine et les Etats-Unis

Cette mesure donne ainsi plus de latitude à la Chine pour riposter contre le président américaine Donald Trump dans la guerre qu’il livre aux entreprises chinoises du secteur des technologies.

Depuis 2018, la guerre commerciale sino-américaine s’est traduite par des surtaxes douanières supplémentaires réciproques portant sur de nombreuses marchandises.

La nouvelle loi rendra plus difficile pour les entreprises technologiques américaines et chinoises de faire des affaires en Chine et aux Etats-Unis, ce qui rendra aussi plus difficile pour les entreprises chinoises d’opérer à l’échelle mondiale, selon certains analystes.

Les exportations concernées comprennent notamment les produits militaires et nucléaires, mais aussi d’autres biens, technologies, services et données pertinentes, selon un communiqué officiel.

Le texte, qui entrera en vigueur le 1er décembre, permet à la Chine de « prendre des mesures réciproques» tout pays ou région qui abuse des mesures de contrôle des exportations et met en danger la sécurité nationale et les intérêts de la République populaire de Chine ».

Cette loi précise que les autorités chinoises établiront «en temps utile» une liste de contrôle des exportations de produits concernés. Les ressortissants étrangers et les entreprises étrangères peuvent également être tenus pour responsables d’avoir enfreint les règles de contrôle en matière d’exportations.

Adoptée le 17 octobre par le Parlement chinois, la loi s’ajoute aux mesures que la Chine pourrait utiliser contre les États-Unis dans un contexte de guerre froide entre les deux puissances.