Dans la culture chinoise cette année 2021 est l’année du buffle de métal qui succède à celle du rat. L’année du buffle correspond à l’an 4719 du calendrier traditionnel chinois. C’est une année faste.

Comme un clin d’œil de cette tradition à la Chine en ce moment de crise mondiale, «la Chine est la première des grandes économies au monde à avoir enregistré une croissance. Le PIB de la Chine pourrait atteindre 100.000 milliards de yuans soit environs 14,36 billions d’USD».

Aux premiers jours de cette année que la Chine souhaite faste pour l’Afrique, M. WANG Yi, conseiller d’état et ministre des affaires étrangères a effectué du 4 au 9 janvier, des visites officielles sur le continent, au Nigéria, en République démocratique du Congo, en Tanzanie, au Botswana et aux Seychelles.

Les visites officielles des Ministres des affaires étrangères de la Chine en Afrique en début d’année sont ancrées dans une tradition qui remonte à l’année 1991. En accordant sa première sortie diplomatique à l’étranger, au continent Africain, M. Wang Yi s’inscrit en droite ligne d’une tradition trentenaire qui prend son essence dans l’engagement initial historique de la Chine pour l’Afrique et les peuples africains, nous rappelant la tournée du Premier ministre Zhou Enlai en Afrique en janvier 1964.

Au lendemain de l’accession de la plus part des pays Africains à l’indépendance, Zhou Enlai a réaffirmé aux pays Africains, l’attachement de la Chine aux idéaux de la Conférence des non-alignés, tenue à Bandung (Indonésie) en 1955. Il a exprimé l’engagement de la Chine en faveur du développement de l’Afrique et le soutien du peuple chinois aux peuples Africains pour la sauvegarde leur souveraineté.  Les relations entre l’Afrique et la Chine qui ne sont pas nouvelles, sont des  relations historiques basées sur une histoire de lutte d’indépendances, de solidarité et de soutien réciproque que les deux parties entretiennent cordialement.

Les visites du Ministre Wang Yi constituent une pratique vraiment unique dans la diplomatie internationale. Cette année, elles ont lieu au moment où les pays Africains font face à la pandémie du COVID- 19 et à ses conséquences multidimensionnelles.  A cet égard, lors de la 73ème Assemblée mondiale de la santé,  le Président Xi Jinping a appelé la Communauté internationale à des efforts constants, à :

– Accroître le soutien aux pays africains : « Les systèmes de santé publique des pays en développement, notamment des pays africains, sont fragiles. Les aider à mieux faire face au COVID-19 est une priorité absolue dans la lutte internationale contre le virus. Nous devons apporter aux pays africains plus de soutiens matériels, techniques et humains ».

– promouvoir la reprise du développement économique et social. : « Les pays où les conditions sont réunies doivent, tout en assurant la prévention et le contrôle réguliers, favoriser la reprise de la production et la réouverture des écoles de manière ordonnée conformément aux recommandations de l’OMS ». La Chine a concrètement soutenu les pays Africains en envoyant des masques, des médicaments, des équipements médicaux, des équipes médicales et en construisant des centres hospitaliers d’urgences de plusieurs lits, et en procédant à des jumelages entre hôpitaux.

Wang Yi, chef de la diplomatie chinoise

Les visites officielles de M. Wang Yi au Nigeria, en République Démocratique du Congo, en Tanzanie, au Botswana et aux Seychelles, participent des témoignages probants de la constance de la diplomatie chinoise dans les relations Sino-africaines. Cette constance est la caractéristique d’une amitié sincère et pragmatique de longue date qui se perpétue. La Chine montre concrètement tout le respect et la considération qu’elle porte aux pays et aux peuples Africains.

Elle manifeste sa solidarité avec ses frères africains, et son soutien ferme au redressement des pays africains. Le ministre Wang Yi a apporté le soutien de la Chine à l’Afrique dans la lutte contre la pandémie du COVID-19, la reprise économique, l’allégement de la dette, et la réalisation conjointe de l’Initiative la Ceinture et la Route (en Anglais Belt and Road Initiative), pour la construction d’une Communauté de Destin Chine-Afrique plus étroite avec un avenir partagé.

Les échanges de M. Wang Yi avec  les plus hautes autorités des pays visites ont principalement sur « le renforcement des relations existant entre la Chine et les pays Africains, les avantages de la solidarité et la sauvegarde des droits légitimes des peuples chinois et africains à s’opposer aux ingérences extérieures et à mener une vie meilleure pour tous ».

Il n’y a pas de doute que des échanges ont aussi concerné le prochain Sommet du Forum sur la Coopération Sino-africaine (FCSA) qui se tiendra cette année au Sénégal. Par le biais du FCSA, au fil de dernières décennies, la Chine a aidé l’Afrique à construire plus de 10 000 kilomètres d’autoroutes, 6 000 kilomètres de voies ferrées, des centaines d’aéroports, de ports et de centrales électriques, ainsi que plus de 130 infrastructures médicales, 45 stades et plus de 170 écoles. Plus de 21 000 travailleurs chinois dans le domaine de la santé ont été envoyés en Afrique pour soigner 200 millions de patients. La Chine est déterminée à apporter d’avantages au peuple africain…

Malgré la pandémie du COVID-19, la tradition diplomatique de la Chine qui dure depuis des décennies, ne s’est pas interrompue. Les vicissitudes sur la scène internationale n’y ont porté aucune forme de lassitude. Je suis convaincu qu’elle ne connaitra ni coup d’arrêt ni de recule au regard de l’engagement de la Chine et de l’Afrique pour la construction d’une Communauté de Destin Chine-Afrique plus étroite.