Le Sénat américain a voté le 28 mars le passage d’un texte qui doit permettre de renforcer l’industrie des Etats-Unis face à la concurrence de la Chine dans différents secteurs, comme les semi-conducteurs.

Un mois plutôt, un projet de loi similaire, le «America COMPETES act», a été voté par la Chambre des représentants en février. Les deux assemblées du Congrès devraient tenter de s’accorder sur un texte commun, après des négociations à venir.

Si les deux assemblées s’accordent, ce texte serait «l’une des réalisations les plus importantes» de la législature actuelle, a estimé le leader démocrate au Sénat, Chuck Schumer.

«Ce projet de loi, avec toutes ses dispositions, est centré autour de deux grands points: créer davantage d’emploi aux Etats-Unis et faire baisser les prix pour les familles américaines», a indiqué ce dernier.

«Il va aider à faire baisser les prix en facilitant la production, ici, chez nous, de technologies cruciales comme les semi-conducteurs», a-t-il poursuivi. «Cela va créer des emplois avec la relocalisation d’usines.»

«Le vote d’aujourd’hui montre qu’il y a clairement un accord entre les partis pour ce genre d’investissements, que le Président soutient depuis longtemps» s’est félicité la porte-parole de la Maison Blanche Jen Psaki dans un communiqué.

Le sénateur Chuck Schumer et son adversaire, le chef des républicains au Sénat Mitch McConnell, ont échangé sur les premières dates de négociations afin d’assurer un vote final d’ici mai ou juin.

Les versions du Sénat et de la Chambre prévoient 52 milliards de dollars pour revitaliser la recherche et l’industrie. Un potentiel succès dont pourrait se prévaloir le président Joe Biden lors de la campagne pour les élections de mi-mandat, prévues en novembre.

«La première nation qui parvient à maitriser les technologies de demain pourra façonner le monde à son image», a déclaré Chuck Schumer. «L’Amérique ne peut pas se permettre d’une seconde place s’agissant de technologies comme la 5G, l’intelligence artificielle, les ordinateurs quantiques, les semi-conducteurs, la bioingénieurie et bien plus», a ajouté ce dernier.