Le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Zhao Lijian, a qualifié d’accusations « sans fondement » les soupçons du département d’État américain sur des tests nucléaires de faible ampleur qui auraient été menés dans le plus grand secret par la Chine.

« La Chine a toujours adopté une attitude responsable, remplissant avec honnêteté ses obligations internationales et les engagements internationaux qu’elle a pris », a déclaré le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Zhao Lijian.

« La critique américaine de la Chine est totalement sans fondement, injustifiée et ne mérite pas d’être réfutée », a-t-il ajouté lors du point presse quotidien à Pékin.

Dans un rapport publié le 22 avril, le Département d’Etat américain a fait part de ses inquiétudes concernant les activités menées par la Chine sur son site d’essais nucléaires de Lop Nur en 2019. D’après l’administration américaine, ces test laissent craindre une potentielle violation des engagements pris par Pékin.

Ce rapport, qui pointe entre autres d‘ »importants travaux d’excavation » à Lop Nur et « le manque de transparence » de la Chine sur ses activités d’essais nucléaires, n’apporte aucune preuve sur la tenue d’un test à faible rendement.

D’après ce document, révélée en premier par le Wall Street Journal, la Chine aurait par ailleurs bloqué la transmissions de données provenant de capteurs.

Contactée par le WSJ, une porte-parole pour le traité sur l’interdiction complète des armes nucléaires (TICE) a assuré qu’il n’y avait eu aucune interruption dans les transmissions de données des cinq stations chinoises depuis fin août 2019.

La Chine a signé le TICE adopté en 1996, lui interdisant toute explosion nucléaire à travers le monde, mais il ne l’a pas ratifié. En 2019, l’agence de renseignement militaire américaine avait accusé la Russie de ne « probablement pas » respecter le moratoire sur les essais nucléaires, c’est-à-dire ses engagements pris au titre du TICE, des soupçons qui n’ont jusqu’à présent pas été confirmés.