Le président chinois Xi Jinping a réaffirmé le 21 avril l’opposition de la Chine aux sanctions unilatérales et à la « juridiction du bras long ». Ce dernier n’a pas évoqué directement les mesures prises par l’Occident contre la Russie après l’invasion de l’Ukraine.

La Chine a critiqué à plusieurs reprises les sanctions occidentales, dont celles imposées à la Russie, sans pour autant venir en aide à Moscou, ce qui pourrait mener à ce que des sanctions soient décidées contre Pékin.

Lire aussiLes Etats-Unis avertissent la Chine contre toute aide à la Russie

Lors d’un discours diffusé durant le Forum de Boao pour l’Asie, Xi Jinping a indiqué que le « découplage » et les moyens de pression tels que l’interruption des chaînes d’approvisionnement ne fonctionneraient pas.

« La Chine souhaite proposer une initiative de sécurité mondiale qui respecte le principe de l’indivisibilité de la sécurité », a déclaré Xi Jinping.

« Nous devrions défendre le principe de l’indivisibilité de la sécurité, construire une architecture de sécurité équilibrée, efficace et durable, et nous opposer à la construction de la sécurité nationale sur la base de l’insécurité dans d’autres pays », a ajouté le président chinois.

La Russie a insisté pour que les gouvernements occidentaux respectent l’accord signé en 1999 basé sur le principe de « sécurité indivisible » selon lequel aucun pays ne peut renforcer sa propre sécurité au détriment des autres.

Les relations entre Pékin et Moscou se sont renforcées, et la Chine s’est refusée à condamner l’invasion russe de l’Ukraine, que la Russie appelle une « opération spéciale ». La Chine a imputé la crise ukrainienne à l’expansion de l’OTAN vers l’est.

Lire aussi : « Le monde peut-il se permettre des sanctions à la russe contre la Chine? »

Xi Jinping a également déclaré que des efforts étaient nécessaires pour stabiliser les chaînes d’approvisionnement mondiales, ajoutant toutefois que l’économie chinoise était résistante et que sa tendance à long terme n’avait pas changé.

Ce dernier a indiqué qu’« au moment où la reprise de l’économie mondiale demeure fragile et faible, le fossé de développement se creuse davantage. Alors que le déficit de gouvernance dans les domaines comme le climat reste à combler, de nouveaux enjeux comme la gouvernance numérique viennent se poser devant nous ».

L’économie chinoise est confrontée à des vents contraires dus à l’impact de ses efforts pour combattre l’épidémie de coronavirus, en particulier dans son centre économique de Shanghai.

Le président chinois a assuré que

« les fondamentaux de l’économie chinoise, marqués par une forte résilience, un grand potentiel, une large marge de manœuvre et une soutenabilité de long terme, ne changeront pas. Cela permettra de donner une forte impulsion à la stabilité et à la reprise de l’économie mondiale et d’offrir des opportunités de marchés plus importantes aux pays du monde. La Chine appliquera le nouveau concept de développement sur tous les plans, accélérera la construction de la nouvelle dynamique de développement et œuvrera à réaliser un développement de haute qualité ».