Le secrétaire d’État américain Anthony Blinken a déclaré le 11 février que la Chine agissait de manière plus agressive à la fois sur son territoire et dans la région Asie-Pacifique.

Cependant, il a ajouté qu’il ne pensait pas qu’un conflit dans l’Indo-Pacifique soit inévitable, selon l’agence de presse, Bloomberg.

Antony Blinken a passé trois jours à Melbourne pour une réunion des ministres des Affaires étrangères du « Quad », une alliance des États-Unis avec l’Australie, l’Inde et le Japon, destinée à être un rempart efficace contre l’influence régionale de la Chine.

Lire aussi : Les Etats-Unis et leurs alliés asiatiques veulent endiguer l’influence chinoise

Le secrétaire d’État américain y a rencontré des hauts fonctionnaires australiens, dont le Premier ministre, Scott Morrison, à qui il a assuré le renforcement de l’alliance militaire trilatérale « Aukus » (Australie, Royaume-Uni, États-Unis), annoncée en septembre pour contrer la Chine.

Après son départ d’Australie, Antony Blinken a fait une escale à Fidji pour s’entretenir avec plusieurs dirigeants d’îles du Pacifique, en personne ou virtuellement, dont beaucoup sont une priorité pour la Chine.

Daniel Kritenbrink, secrétaire d’État adjoint chargé du Pacifique et de l’Asie orientale, a indiqué que « le ‘Quad’ est un composant clé en matière économique et sécuritaire de la politique étrangère américaine dans la région indo-pacifique (…) pour contrer l’agression et la coercition » de la Chine.

Pour le porte-parole du ministère chinois des affaires étrangères, Zhao Lijian, les remarques d’Anotny Blinken « ne sont rien d’autre qu’une redite de mensonges politiques. La Chine s’oppose fermement à de telles remarques de la part des États-Unis ».

Washington « fait un tapage autour de la ‘théorie de la menace chinoise’ afin de discréditer, supprimer et contenir le développement de la Chine. Cela expose pleinement la mentalité de la guerre froide et les préjugés idéologiques profondément ancrés de la partie américaine. Pour ce qui est d’agir de manière agressive dans la région et au-delà, les États-Unis n’ont pas leur pareil ».

Concernant la visite d’Anthony Blinken aux Fidji le 12 février qui est la première visite d’un secrétaire d’État américain dans ce pays depuis 1985, Zhao Lijian a indiqué que « plus de 20 dirigeants et hauts fonctionnaires chinois au rang supérieur à celui de ministre des Affaires étrangères ont visité les Fidji depuis 1985 ».

La visite d’Antony Blinken vise à contrecarrer l’influence croissante de la Chine dans la région. Une stratégie qui inquiète peu la Chine. « Ces dernières années, le partenariat stratégique global entre la Chine et les pays insulaires du Pacifique s’est développé rapidement et régulièrement ».

« La Chine s’engage à construire une communauté de destin avec les pays insulaires du Pacifique. (…) Je tiens à souligner que le développement des relations entre la Chine et les pays insulaires du Pacifique est ouvert, transparent, inclusif et ne vise aucune tierce partie », a assuré Zhao Lijian.

En octobre 2021 lors de la première réunion des Ministres des Affaires étrangères de la Chine et des pays insulaires du Pacifique (Kiribati, Fidji, Tonga, Nioué, Papouasie-Nouvelle-Guinée, Vanuatu, Micronésie, Îles Salomon, Samoa), le Conseiller d’État et Ministre des Affaires étrangères, Wang Yi, a évoqué six points essentiels de la coopération allant d’échanges sur les politiques au multilatéralisme.