Le président russe Vladimir Poutine a appelé les BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud) à coopérer face aux « actions égoïstes » des pays occidentaux, sur fond de sanctions sans précédent contre Moscou en raison du conflit ukrainien, lors de la cérémonie d’ouverture du 14ème sommet des BRICS, à Pékin, Chine, le 22 juin 2022.

« Ce n’est qu’en se basant sur une coopération honnête et mutuellement avantageuse que l’on peut chercher des issues de la situation de crise frappant l’économie mondiale à cause des actions égoïstes et irréfléchies de certains pays », a déclaré Vladimir Poutine, lors de ce sommet virtuel, en référence à l’effet sur l’économie mondiale qu’il prête aux sanctions plutôt qu’à son offensive contre l’Ukraine.

Il a notamment dénoncé les tentatives de ces pays occidentaux de « se servir des mécanismes financiers pour rendre le monde entier responsable de leurs propres erreurs de politique macroéconomique ».

« Un rôle de meneur de la part des pays des Brics est aujourd’hui nécessaire comme jamais pour élaborer une politique unificatrice, positive visant à créer un système (mondial) réellement multipolaire », a assuré le président russe.

Selon lui, les BRICS pourraient compter ici sur le soutien de « plusieurs pays d’Asie, d’Afrique et d’Amérique latine qui aspirent à mener une politique indépendante ».

L’Inde a de son côté commandé une importante quantité d’hydrocarbures russes à prix réduit, tandis que l’Afrique du Sud s’était abstenue lors du vote condamnant l’invasion russe aux Nations Unies.

XI JINPING FUSTIGE LES SANCTIONS DES OCCIDENTAUX CONTRE LA RUSSIE

De son côté, le président chinois Xi Jinping a dénoncé dans son discours les «sanctions unilatérales» prises par les occidentaux avant tout soucieux de maintenir leur influence politique et leur puissance militaire.

«Il a été prouvé à maintes reprises que les sanctions sont un boomerang et une arme à double tranchant», a déclaré le président chinois. Xi Jinping a mis en garde contre l’impact négatif que les sanctions internationales pourraient avoir sur l’économie mondiale, les considérant comme une «arme à double tranchant».

Le président chinois a également critiqué «certains pays [qui] tentent de se découpler des autres [et] de rompre les chaînes d’approvisionnement». Avant la réunion des dirigeants du G7 en Allemagne, Xi Jinping a aussi fustigé «l’élargissement des alliances militaires», responsable selon lui de la crise en Ukraine.

«L’humanité a connu les ravages de deux guerres mondiales et le sombre brouillard de la confrontation de la guerre froide», a déclaré Xi Jinping. «Cette histoire douloureuse montre que la confrontation entre blocs hégémoniques […] n’apportera pas la paix et la sécurité, mais seulement la guerre et les conflits», a-t-il souligné.

«La crise en Ukraine est un autre signal d’alarme pour le monde : la foi aveugle dans la position de force, l’élargissement des alliances militaires et la recherche de sa propre sécurité au détriment de la sécurité des autres pays débouchent immanquablement sur une impasse sécuritaire».