Le gouvernement chinois a demandé le 29 avril aux Etats-Unis de respecter la souveraineté de la Chine et de cesser de s’ingérer dans les affaires de Hong Kong.

Le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères Geng Shuang, a répondu aux propos d’un porte-parole du département d’Etat des Etats-Unis. Ce dernier a fait part de « sa déception » concernant la décision du gouvernement hongkongais d’inculper et d’emprisonner plusieurs organisateurs du mouvement illégal « Occupy Central ».

Il a également indiqué que les Etats-Unis suivaient de près les amendements proposés au Décret des délinquants fugitifs de la RAS de Hong Kong. « La Chine est très mécontente des propos du porte-parole du département d’Etat des Etats-Unis défiant les faits et la loi et s’y oppose fermement« , a indiqué Geng Shuang lors d’un point de presse.

A lire aussi : Des leaders du mouvement des parapluies devant la justice

« Le mouvement illégal ‘Occupy Central’ a causé de dégâts importants à l’Etat de droit de Hong Kong, à l’ordre social et à la vie des Hongkongais« , a expliqué le porte-parole. « Traduire les actes criminels en justice selon la loi, en tant que composant nécessaire au maintien de l’Etat de droit, est largement soutenu par la société de Hong Kong » a ajouté ce dernier.

« Les amendements aux lois dont le Décret représentent des mesures nécessaires prises par Hong Kong pour coopérer avec d’autres régions et pays dans le transfert des fugitifs« , a-t-il poursuivi, ajoutant que « ces actes visaient également à lutter conjointement contre les crimes et à défendre l’Etat de droit, afin d’éviter que Hong Kong ne devienne un paradis du crime« .

Pour Geng Shuang, les propos « arbitraires » du département d’Etat des Etats-Unis et ses accusations sont une « interférence brutale » dans les affaires intérieures de la Chine et de la RAS de Hong Kong.

« Nous demandons aux Etats-Unis de respecter la souveraineté et l’Etat de droit de Hong Kong, ainsi que l »indépendance judiciaire’ proclamée maintes fois par la partie américaine, et de cesser de se mêler des affaires de Hong Kong de quelque manière que ce soit », a souligné le porte-parole chinois.