Lors de sa visite fin août en Chine, le Premier ministre canadien, Justin Trudeau, avait évoqué avec les autorités le cas de Kevin Garratt, emprisonné en Chine pour espionnage. Quelque semaines après cette visite, « nous sommes heureux que Kevin Garratt soit revenu en toute sécurité au Canada et qu’il soit de nouveau en compagnie de sa famille« , a déclaré ce vendredi 16 septembre, le Premier ministre.

Kevin Garratt et son épouse Julia Dawn Garratt avaient été arrêtés en 2014, à Dandong, au nord-est du pays, à la frontière avec la Corée du Nord. En février 2015, le ministère chinois des affaires étrangères a annoncé la condamnation de Kevin Garrat pour espionnage et vol de secrets d’Etat, tandis que son épouse avait été libérée dans l’attente du procès.

Arrêté pour espionnage

Mardi 13 septembre, le tribunal de Dandong a décidé de l’expulsé de Chine, lui permettant de rentrer « au Canada pour être avec sa famille et ses amis« , indique le communiqué de presse des avocats de la famille.

Kevin et Julia Garratt, chrétiens pratiquants, était installés en Chine depuis 1984, où ils ont enseigné l’anglais et ouvert un jardin d’enfants afin d’aider des orphelins, avait expliqué leur fils Simeon Garratt, à la presse.

Ils avaient ensuite ouvert un café à Dandong, dont le site internet visité par l’Agence France Presse, indiquait que la ville était « une étape parfaite sur la route du Royaume ermite », car quelques mètres de la Corée du Nord.

Dans cette ville du Liaoning, plusieurs organisations chrétiennes portent assistance aux réfugiés nord-coréens qui passent illégalement la frontière. Simeon Garratt avait expliqué en 2014 que ses parents envoyaient des provisions en Corée du Nord, arguant que le motif d’inculpation pour espionnage était « absurde », a relevé l’AFP.

Moins d’une semaine avant le départ de Li Keqiang

Cette décision intervient moins d’une semaine avant le départ du Premier ministre Li Keqiang pour Ottawa, où il rencontrera le premier ministre du Canada et d’autres dignitaires.

Le but sera de débattre des « moyens de réaliser pleinement le potentiel de la relation entre le Canada et la Chine, et de créer de nouvelles possibilités pour la classe moyenne et ceux qui travaillent fort pour en faire partie, notamment dans les domaines du commerce et de l’investissement, de la coopération environnementale, de la collaboration en matière de droit et de justice, des échanges culturels et des liens entre les populations« , a indiqué le site du Premier ministre canadien.

Dans un communiqué, Justin Trudeau a indiqué qu’après « avoir été si chaleureusement accueilli lors de ma première visite officielle en Chine, j’aurai le grand plaisir de recevoir le premier ministre Li au Canada ».

« Ensemble, nous discuterons des progrès accomplis lors de ma visite en Chine pour que nos pays aient une meilleure compréhension mutuelle et pour favoriser la croissance de nos économies et le renforcement de la classe moyenne« , a ajouté ce dernier.