Depuis l’établissement des relations diplomatiques entre les deux pays, le 12 janvier 1983, les autorités chinoises ont accordé plus de 60 milliards de dollars (49,2 milliards d’euros) de prêts à l’Angola.

L’ambassadeur de Chine à Luanda, Cui Aimin, a expliqué que ces prêts étaient assortis de conditions souples, ayant permis de financer plusieurs projets d’infrastructure notamment des centrales électriques, des routes, des ponts, des hôpitaux et des logements…  D’ailleurs, la Chine est devenue le premier partenaire commercial de l’Angola, qui est  le principal fournisseur de brut de la Chine.

Fin 2016, lors du Forum d’investissement sino-angolais 48 accords d’intention d’investissement ont été signé par les deux parties pour un montant de plus de 1,2 milliards de dollars (985 millions d’euros).

Après 35 ans de relations bilatérales, l’ambassadeur Cui Aimin a assuré que les relations sino-angolaises étaient « au meilleur de leur forme ». D’ailleurs, le ministre angolais des Affaires étrangères, Manuel Domingos Augusto, a réaffirmé l’adhésion de son pays au principe politique d’une seule Chine.

Au cours d’un entretien avec son homologue chinois Wang Yi, Manuel Domingos Augusto  a assuré que l’Angola continuait à adhérer au principe politique d’une seule Chine, et soutenait les droits et intérêts légitimes de la Chine sur les questions concernant ses intérêts fondamentaux, y compris le dossier de la mer de Chine méridionale.

Cette prise de position vise à consolider les relation bilatérales, car « l’Angola attache une grande importance à ses relations avec la Chine« , a-t-il affirmé. Le ministre angolais a également assuré que « l’Angola est prêt à coopérer avec la Chine pour garantir le succès du Forum de coopération Chine-Afrique (FOCAC) », dont le sommet se tiendra cette année en Chine.

En visite dans le pays, Wang Yi a indiqué qu’au cours de ses 35 années d’échange, « la Chine est devenue non seulement une partenaire stratégique de l’Angola, mais aussi sa plus importante partenaire commerciale ».