mercredi, mai 29

Chine After #Covid-19 – Vague 2

Dans une étude intitulée « #Covid-19 : Tracking the Rebound » mené conjointement par les sociétés Promise Consulting, Panel on the web et Alliance Berstein, montrent que les consommateurs interrogés priorisent les dépenses d’utilité sur les autres dépenses.

A l’instar de la Vague 1, les tendances observées par Philippe Jourdan et Jean-Claude Pacitto, ne changent pas : « l’utilitaire prime les autres dépenses ». Cette analyse a été réalisé auprès de 600 personnes interrogées entre le 06 et le 10 Avril 2020, issues de catégories socioprofessionnelles supérieures dans les plus grandes villes de Chine.

Les chinois sondés vivent dans un milieu urbain et appartiennent aux 10% de foyers aux revenus les plus élevés. Trois thèmes leur ont été exposées dans le cadre d’un tracking international sur les perspectives de rebond de la consommation des ménages dans le Monde, à l’issue de la crise du #Covid-19 :

  • Fréquence de pratiques d’activités sociales, culturelles et économiques.
  • Ralentissement des activités à la suite du #COVID-19.
  • Anticipation d’un retour à la normale au cours des 15 prochains jours.

Ces trois indicateurs sont mesurés à l’aide d’échelles normées permettant une comparaison des résultats d’une vague bimensuelle à l’autre et le suivi d’un indicateur global par pays et par vague appelé « Indice de rebond ». Il s’agit ici de la deuxième vague pour la Chine.

Les résultats de la première vague avaient révélé une reprise de la consommation focalisée sur les dépenses alimentaires ou utilitaires (vêtements, achats domestiques courants), et une forte contrainte sur les dépenses de luxe, en raison en particulier de la limitation sur les déplacements à l’intérieur et à l’extérieur de la Chine.

Les résultats de la deuxième vague confirment cette tendance : le retour à la normalité pour les achats alimentaires s’accentue, avec une reprise des visites des centres commerciaux et des déplacements en centres villes. Pour les autres postes (déplacements entre régions, à l’extérieur de la Chine et achats de luxe) en revanche la tendance est à un retrait prononcé sans espoir de reprise à court terme.

D’un point de vue économique global, la reprise des dépenses en Chine se focalise donc sur des achats domestiques, à ce niveau peu susceptible de stimuler la demande mondiale.

Finalement, les indices de ralentissement demeurent élevés sur l’ensemble des postes de consommation : une amélioration est peut-être en cours, mais elle est fragile, et la Chine en l’état actuel est au mieux un amortisseur de la crise mondiale, et en aucun cas à ce stade le moteur d’une reprise vigoureuse.

Au fur et à mesure de la levée des contraintes, nous pourrons évaluer si les tendances observées sont d’ordre conjoncturel ou structurel, ont expliqué les deux experts.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *