Le ministre des Affaires étrangères, Wang Yi, et son homologue brésilien Ernesto Araujo se sont entretenus lors d’une conversation téléphonique, afin de renforcer davantage leur coopération pratique.

Ministre des affaires étrangères, Wang Yi

La Chine et le Brésil se sont engagés à mettre en place les propositions faites par les présidents chinois Xi Jinping et brésilien Jair Bolsonaro lors de leurs rencontre en novembre 2019, et par la suite durant de nombreuses conversations téléphoniques et courriers.

La Chine et le Brésil vont travailler conjointement à la prévention et au contrôle de l’épidémie de Covid-19. Il vont se concentrer sur « la période poste-épidémique », et intensifier la coopération entre la Chine et le Brésil.

En effet, pour le ministre Wang Yi, « en faisant un bon travail dans la prévention et le contrôle de la pandémie, la Chine et le Brésil devraient également établir des canaux rapides pour les échanges de personnel et des canaux verts pour la circulation des marchandises ».

Maintenir et assurer la coopération

« La Chine et le Brésil sont tous deux d’importants marchés émergents et il n’existe pas de conflit d’intérêts fondamental entre eux, avec une coopération qui l’emporte davantage sur la concurrence et un consensus qui l’emporte sur les différences », a assuré le ministre chinois Wang Yi.

En effet, les présidents Xi Jinping et Jair Bolsonaro ont signé en novembre 2019 une série d’accords, notamment sur les transports, l’exportation de fruits brésiliens vers la Chine et la facilitation d’investissements chinois au Brésil.

La Chine tient à augmenter ses échanges commerciaux avec le Brésil, afin de compenser l’impact de la guerre commerciale prolongée avec les États-Unis. Entre 2001 et 2018, les échanges entre les deux pays ont fortement progressé, passant de 3,2 milliards de dollars à près de 100 milliards de dollars (98,9 milliards exactement).

La Chine est le principal partenaire commercial du Brésil, tant pour les exportations que pour les importations, selon les données du ministère brésilien du Commerce. En 2018, les exportations de produits brésiliens vers la Chine ont représenté 26,7% du total des exportations du Brésil.

Les importations de produits chinois par le Brésil ont elle compté pour 19,2% du total. La Chine est le principal acheteur de soja brésilien (43%), et importe également en quantités du pétrole (23%) et du fer (17%). Conséquence de la guerre commerciale qui fait rage entre la Chine et les Etats-Unis, les importations chinoises de produits agricoles américains, de 19,5 milliards de dollars en 2017, sont tombées à un peu plus de 9 milliards de dollars l’an dernier.

La Chine veut conserver sa place dans le pays

« Beijing est prêt à continuer de renforcer la coordination et la coopération avec Brasilia dans les affaires internationales et régionales », a assuré le ministre Wang Yi. Ce dernier a tenu à assurer à son homologue que la Chine souhaite « défendre les intérêts communs des deux pays, préserver l’autorité du droit international, brandir haut la bannière du multilatéralisme, promouvoir la démocratisation des relations internationales et favoriser le développement d’un ordre international vers une direction plus juste et raisonnable ».

Malgré l’impact sévère de la pandémie, « la coopération pratique entre la Chine et le Brésil continue de se développer, ce qui démontre que les relations sino-brésiliennes jouissent de solides fondations, et que les deux économies possèdent des atouts complémentaires distincts et possèdent un grand potentiel de développement », a indiqué le ministre.

« La Chine continuera d’ouvrir son marché aux produits agricoles brésiliens de haute qualité et accueillera le Brésil à la 3e Exposition internationale d’importation de Chine », a assuré le chef de la diplomatie chinoise. La Chine, par la voix de Wang Yi, a assuré sa volonté d’accroitre ses investissements au Brésil, notamment dans le pétrole et le gaz, l’électricité, l’exploitation minière et la construction d’infrastructures.

Le chef de la diplomatie chinoise a indiqué que la Chine et le Brésil « vont atteindre de nouveaux sommets dans la coopération scientifique et l’innovation et encourageront de nouvelles plateformes de coopération dans l’économie numérique, les énergies propres, l’agriculture intelligente, la télémédecine, les villes intelligentes, et les communications 5G ».

Le Brésil veut élever le niveau du partenariat stratégique global sino-brésilien

Président brésilen, Jair Bolsonaro

Membres du groupe BRICS, la Chine et le Brésil tiennent à maintenir leurs échanges et surtout coopération. La polémique de mars 2020 a été rapidement balayé. En effet, le Brésil avait demandé «une rétractation» à l’ambassadeur de Chine pour la publication de messages «offensants» contre le président Jair Bolsonaro.

Le député Eduardo Bolsonaro, fils du président brésilien, très lié aux mouvements de l’ultra-droite américaine, a ouvert une crise diplomatique avec la Chine. Il a accusé la Chine d’avoir dissimulé des informations sur la propagation de la Covid-19, comme l’avait fait selon lui «la dictature soviétique» lors du désastre nucléaire de Tchernobyl en 1986.

«Une fois de plus, une dictature a préféré dissimuler quelque chose de grave pour éviter les critiques, alors qu’elle aurait pu sauver d’innombrables vies», a écrit les troisième fils de Jair Bolsonaro sur Twitter. «La Chine est coupable et la liberté serait la solution», a-t-il poursuivi.

Dans un tweet écrit en chinois et en portugais, l’ambassadeur de Chine au Brésil, Yang Wanming, a réclamé à Eduardo Bolsonaro «des excuses au peuple chinois». Le ministre des Affaires étrangères, Ernesto Araujo, a alors publié un communiqué expliquant que les déclarations d’Eduardo Bolsonaro «ne reflétaient pas la position du Brésil».

Lors de sa récente conversation avec le ministre chinois, Ernesto Araujo a remercié la Chine d’avoir fourni une aide matérielle anti-pandémique au Brésil, assurant que son pays était disposé à renforcer sa coopération avec la Chine dans la recherche, le développement et la production de vaccins.

Le ministre brésilien a assuré que le Brésil était prêt à renforcer la coordination dans les affaires internationales et régionales, de manière à élever le niveau du partenariat stratégique global sino-brésilien. Il a également tenu à rappeler la volonté du Brésil à approfondir la coopération pratique dans des domaines tels que l’agriculture, le commerce et les investissements, la protection de l’environnement, les énergies propres et l’économie numérique.

D’ailleurs, les exportations agroalimentaires brésiliennes ont généré un revenu de près de 9 milliards de dollars(8,1 mds €) en hausse de 7,8% par rapport à la même période en 2019. En août 2020, les exportations de soja ont atteint 2,21 milliards de dollars (1,9 mds €) en hausse de 25,1% en variation annuelle. La Chine a contribué à hauteur de 75% aux achats de l’oléagineux, soit pour 1,65 milliards de dollars (1,48 mds €).