Le ministère chinois du Commerce a fait part de son opposition résolument à la décision des Etats-Unis de bloquer les téléchargements des applications chinoises WeChat et TikTok, à partir de ce 20 septembre.

La Chine dénonce cette décision

« En l’absence de toute preuve, les Etats-Unis ont utilisé à plusieurs reprises le pouvoir de l’Etat pour s’en prendre à ces deux entreprises pour des raisons injustifiées, ce qui a gravement perturbé leurs activités commerciales normales », a indiqué le ministère chinois du commerce dans un communiqué en ligne.

Ce dernier a souligné que la décision de l’administration Trump a « sapé la confiance des investisseurs internationaux dans l’environnement d’investissement américain et endommagé l’ordre économique et commercial mondial normal ».

La ministre a donc exhorté les Etats-Unis à cesser immédiatement l’intimidation et à protéger les règles et l’ordre internationaux.

« Si les Etats-Unis sont déterminés à suivre leur propre voie, la Chine prendra les mesures nécessaires pour protéger résolument les droits et les intérêts légitimes des entreprises chinoises », a ajouté le ministère.

Les Etats-Unis évoquent la sécurité nationale

« Le Parti communiste chinois a démontré qu’il avait les moyens et l’intention d’utiliser ces applications pour menacer la sécurité nationale, la politique étrangère et l’économie des Etats-Unis », a expliqué le ministère américain dans un communiqué justifiant cette interdiction.

Washington laisse quelques marge de manœuvre à Byte Dance, propriétaire de l’application très populaire auprès des jeunes, TikTok, avant de lui interdire complètement d’opérer sur son sol.

« Le président laisse jusqu’au 12 novembre pour résoudre les problèmes de sécurité nationale posés par TikTok. Les interdictions pourraient être levées le cas échéant », a précisé le département du Commerce dans son communiqué.

Donald Trump accuse la plateforme de vidéo courte d’espionner pour le compte du gouvernement chinois. Il avait alors signé un décret pour exiger la vente de ses activités américaines d’ici le 20 septembre, sous peine d’interdiction dans le pays.

« Bien que les menaces posées par WeChat et TikTok ne soient pas identiques, elles sont similaires. Chacune collecte d’importantes quantités de données auprès des utilisateurs », estime encore le département du Commerce.