D’après l’agence de presse sud-coréenne Yonhap, l’ambassadeur aux Nations unies, Liu Jieyi, a «condamné» la Corée du Nord pour la première fois sur la scène internationale, « reflétant sa frustration croissante à l’égard de son vieil allié, a indiqué ce mercredi une source diplomatique ».

Le 11 septembre, le Conseil de sécurité de l’ONU a adopté à l’unanimité de nouvelles sanctions contre la Corée du nord, pour son sixième et plus puissant essai nucléaire effectué le 3 septembre.

La Chine, membre permanent du Conseil, possède un droit de veto. Mais cette fois-ci, Beijing a soutenu la résolution, Liu Jieyi a d’ailleurs affirmé que son gouvernement « s’oppose avec fermeté et condamne avec force » le test.

Le lendemain, le porte-parole du ministère des affaires étrangères, Geng Shuang, a rappelé que « la Chine soutient l’adoption de mesures nécessaires par le Conseil de sécurité de l’ONU concernant le test nucléaire de la République populaire démocratique de Corée (RPDC) ».

Selon une source diplomatique, citée par l’agence de presse sud-coréenne, le gouvernement chinois n’avait jamais employé le mot « condamner », dans le passé, préférant exprimer sa ferme opposition. « C’est un grand changement par rapport aux réactions dans le passé et c’est significatif », a souligné la source sous couvert d’anonymat.

Le Conseil a décidé pour la première fois de restreindre l’approvisionnement en pétrole de la Corée du Nord, et de placer un embargo sur ses exportations textiles, source importante de revenus pour Pyongyang.

Pour Geng Shuang, la résolution reflétait la position unanime des membres du Conseil de sécurité concernant la sauvegarde de la paix et de la stabilité sur la péninsule coréenne et dans la région, la promotion de la dénucléarisation de la péninsule et le respect du régime international de non-prolifération nucléaire.

Cité par l’agence de presse Xinhua, le porte-parole a indiqué que cette résolution « appelle à une solution pacifique via des moyens diplomatiques et politiques, soutient la reprise des pourparlers à six et renforce les mesures pour apaiser les tensions sur la péninsule ».

« La partie chinoise espère la mise en oeuvre globale et complète de cette résolution« , a précisé le porte-parole, ajoutant qu’en tant que pays voisin de la Corée du nord, « la Chine suit de près l’évolution de la situation ».

Le ministère des affaires étrangères a réitéré la position du gouvernement de dénucléariser la péninsule coréenne, d’y maintenir la paix et la stabilité et de résoudre les problèmes via le dialogue et les consultations.