Selon les informations dévoilées par la National Development and Reform Commission (NDRC, équivalent chinois de l’ancien commissariat au Plan), le marché ne couvrira dans un premier temps que le secteur électrique, ce qui ne l’empêchera pas de s’imposer comme le plus gros marché carbone au monde.

D’après Energy Fondation China, le marché carbone national sera mis en place en 3 phases :

  • Phase I en 2018 : établissement des fondations du marché – les entreprises productrices d’électricité se verront attribuer des quotas pour l’année
  • Phase II en 2019 : période d’essai du système – les entreprises devront restituer des quotas en fonction de leurs émissions effectives
  • Phase III à partir de 2020 : optimisation du marché

« Alors que le gouvernement américain se détourne de la lutte contre le changement climatique, la Chine, l’UE et beaucoup d’autres vont de l’avant », a commenté le Commissaire européen au climat Miguel Arias Canete.

L’ETS sera le plus grand marché du monde

Dans un communiqué, ce dernier a précisé que l’Union Européenne et la Chine seront « toutes deux engagées dans l’échange de droits d’émission, deux grands acteurs internationaux défendent les marchés du carbone ». En effet, le système national d’échange de droits d’émission de la Chine (ETS) sera le plus grand marché du carbone au monde, surpassant l’UE (1939 MTC02e en 2017).

De plus, le marché chinois représenterait environ un quart des émissions mondiales dans le cadre d’un système commercial. Il couvrirait plus de pollution de carbone que le marché de l’UE, dont les allocations annuelles sont actuellement évaluées à 14 milliards d’euros par an.

Ainsi, la production d’électricité, premier secteur couvert par le marché national, représentera 46% des émissions de dioxyde de carbone du pays. Selon China Carbon Forum, les entreprises incluses dans le marché initial du carbone émettront au total 3 500 millions de tonne de Co² (MTCO2), soit 74% des émissions du secteur.

Ce secteur contribue grandement aux émissions de la Chine, même s’il ne comprend qu’un secteur au départ, le secteur de l’électricité couvrira 34% des émissions de la Chine.

Le secteur de l’électricité couvrira déjà presque le double des émissions du marché de l’Union Européenne. Une fois que les huit secteurs initialement ciblés pour le marché national du carbone auront été inclus, l’ETS de la Chine sera deux fois plus important que l’EU ETS.

Le marché carbone nécessite des mesures complémentaires

Toutefois, selon les analyses de modélisation menées par NSCS, ERI et Energy Innovation, d’ici 2030, la tarification du carbone pourrait réduire les émissions de CO² de 27,49% par rapport à une entreprise.

Le marché carbone seul n’aura pas d’effet sur l’environnement. Il nécessite des politiques complémentaires devant être mises en place simultanément pour que le pays  atteigne ses objectifs climatiques. Les prix sur les marchés pilotes ont fluctué, mais sont restés pour la plupart du temps en dessous de 60 yuans/tonne (8€/T) et en moyenne d’environ 30 yuans/ tonne (4€/T).

D’après Jiang Zhaoli, directeur adjoint du département des changements climatiques de la NDRC, « les entreprises ne ressentiront pas de véritable pression pour réduire leurs émissions tant que le prix du carbone atteindra 200 (26,8€) à 300 (40,2€) yuans/ tonne, ce qu’il ne prévoit pas avant 2020« .

L’enquête sur les prix montre que les répondants s’attendent à ce que les prix augmentent régulièrement à l’avenir, à mesure que les transactions sur les marchés nationaux reprennent, même si l’incertitude demeure quant à l’ampleur de la hausse des prix.