Chine-Sénégal : 11 ans après

par | Avr 7, 2017 | Afrique, MONDE

Dakar a rompu ses relations avec Taipei en 2005 afin de profiter des investissements de la Chine, dont la croissance fulgurante faisant naître des ambitions chez les dirigeants africains, membres du FOCAC.

Le volume des échanges commerciaux entre le Sénégal et la Chine a été multiplié par 16, passant de 141 millions de dollars (132,54 millions d’euros) en 2005 à 2’356 milliards de dollars (2214,64 milliards d’euros) en 2016, a annoncé l’ambassadeur de Chine près le Sénégal, Zhang Xun.

De 2009 à aujourd’hui, la Chine est restée le premier partenaire économique du Sénégal. « A la fin de l’année 2015, le stock des investissements non financiers directs de la Chine au Sénégal a atteint 100 millions de dollars » (94 millions d’euros), a indiqué ce dernier. Selon Zhang Xun, plus de 3 100 entreprises chinoises ont déjà investi plus de 100 milliards de dollars (94 milliards d’euros) en Afrique.

Mbagnick Ndiaye, ministre de la culture et de la Communication, a annoncé en janvier, la signature d’un accord de coopération, permettant, entre autres, de la formation des techniciens pour la maintenance du Grand théâtre national et le Musée des civilisations.

A cela s’ajoute, une enveloppe de près de 40 millions de francs CFA (60 000 €), pour l’équipement et la modernisation des services des Centres culturels régionaux. De plus, d’après le ministre de la culture, Beijing envisage de construire au Sénégal un Centre culturel chinois, ce qui est « extrêmement important car il sera l’un des premiers centres en Afrique, avec une belle infrastructure culturelle« .

Cette structure chinoise devrait être « le prolongement du Grand théâtre national et du Musée des civilisations », selon le vice-ministre chinois de la culture, Ding Wei, en visite à Dakar, en janvier 2017.

Récemment, la Chine a investit le secteur pétrolier sénégalais. CNOOC, principal groupe de production et d’exploitation pétrolière de Chine, est devenu opérateur d’un bloc à la frontière entre le Sénégal et la Guinée-Bissau. Présent en Ouganda, au Ghana, en Guinée Bissau et au Nigeria, CNOOC fait son entrée au Sénégal, suite à la découverte de gisements pétroliers et gaziers au large des côtes sénégalaises.

La Chine, partenaire majeur pour le Sénégal

Vous souhaitez en savoir plus, recherchez votre article

%d blogueurs aiment cette page :