lundi, mai 20

Climat : Pékin prévoit de fournir des technologies de pointe à l’Afrique

Selon certains experts interrogés par l’agence de presse Xinhua, la Chine et l’Afrique se sont engagées dans une déclaration commune à approfondir leur coopération sur le changement climatique.

Des technologies de pointe seront fournies par la Chine pour aider l’Afrique à faire face aux problèmes liés au changement climatique. Des experts ont salué ce partenariat, le qualifiant de prometteur et pratique.

Ils ont exhorté les États-Unis et d’autres pays développés « à faire davantage que prononcer des paroles en l’air, à fournir des fonds, à lever les restrictions technologiques et à tenir leurs promesses ».

La Chine et l’Afrique ont adopté une déclaration sur la coopération en matière de changement climatique lors de la 8e Conférence ministérielle du Forum sur la coopération sino-africaine (FOCAC).

Ainsi, la Chine et l’Afrique se sont engagées à établir un partenariat stratégique sino-africain sur le changement climatique dans la nouvelle ère, dans le cadre duquel elles élargiront leur coopération, notamment dans les domaines de l’énergie propre, de l’utilisation de la technologie aérospatiale pour résoudre les problèmes climatiques, de l’agriculture, de la foresterie, des infrastructures à faible émission de carbone, de la construction, de la surveillance et de la prévision météorologiques, ainsi que de l’atténuation des catastrophes.

La Chine soutiendra le mouvement de la Grande Muraille Verte avancé par l’Afrique en déployant des technologies de pointe visant à améliorer les capacités du continent en matière de secours en cas de catastrophe et d’adaptation rapide au changement climatique.

Parmi ces technologies figureront notamment le système chinois d’observation de la Terre à haute résolution (CHEOS), le système de navigation par satellite BeiDou (BDS), et les satellites météorologiques Fengyun.

Des technologies aérospatiales chinois sont déjà utilisées afin d’aider les pays africains dans la surveillance météorologique et l’adaptation au changement climatique. D’ailleurs, dès 2013, la Chine a mit en place une assistance météorologique à des pays tels que les Comores, le Zimbabwe, le Kenya, la Namibie, le Cameroun et le Soudan.

La Chine a construit 42 stations météorologiques automatiques, 100 systèmes d’observation météorologique artificiels, 5 localisateurs d’éclairs, 2 systèmes de réception et de traitement de données satellitaires Fengyun-3, ainsi que plus de 10 700 radios d’avertissement météorologique. La Chine a également envoyé du personnel en Afrique pour installer et déboguer les équipements ainsi que former les habitants locaux, a rapporté China Pictorial.

La Chine a mis en œuvre plus de 100 projets d’énergie propre en Afrique, aidant le continent à mieux utiliser son énergie solaire, son énergie hydroélectrique, son énergie éolienne, son biogaz et d’autres sources d’énergie renouvelables, indique la déclaration commune.

Lin Boqiang, directeur du Centre chinois de recherche sur l’économie de l’énergie à l’Université de Xiamen, a expliqué au journal Global Times que « la coopération entre la Chine et l’Afrique sur le changement climatique était très prometteuse, car l’Afrique possède de riches ressources naturelles en énergie propre, telles qu’un ensoleillement et du vent suffisants, tandis que la Chine dispose de la technologie nécessaire pour la production d’énergie éolienne et photovoltaïque et de véhicules électriques pour soutenir l’utilisation rentable de ces ressources ».

«Bien que l’Occident dispose des fonds et des technologies pour atteindre les objectifs d’émission de carbone, ces derniers sont tous trop coûteux et peu pratiques pour les pays africains. Cependant, la Chine, en tant que plus grand pays en développement au monde, a trouvé une voie différente pour atteindre l’objectif le plus approprié pour le monde en développement», a assuré Lin Boqiang.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *