Pyongyang a confirmé avoir mené le 28 juillet un tir d’essai du 2ème missile balistique intercontinental « Hwasong-14« . Beijing a condamné ce tir, en appelant « les parties concernées » à la retenue, alors que Washington a dénoncé la responsabilité de la Chine et de la Russie.

La Chine s’oppose

« La Chine s’oppose aux violations par la Corée du Nord des résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU et (à ses actions) contraires aux aspirations générales de la communauté internationale« , a indiqué Geng Shuang, porte-parole du ministère chinois des affaires étrangères.

Après ce nouveau tir de missile balistique, le leader nord-coréen Kim Jong-Un a proclamé que désormais « tout le territoire américain est à la portée » de l’arsenal du régime nord-coréen.

Suite à cette déclaration Beijing a rapidement « enjoint la Corée du Nord à respecter les résolutions (de l’ONU) et à cesser de commettre des actions susceptibles d’aggraver la situation », a indiqué Geng Shuang.

Mais « en même temps, (la Chine) espère que les parties concernées feront preuve de prudence, éviteront d’aggraver les tensions et agiront de concert pour préserver paix et stabilité dans la péninsule », a souligné ce dernier.

Washington, Tokyo, Séoul, Bruxelles et Paris ont immédiatement condamné le tir nord-coréen, le président américain Donald Trump a d’ailleurs affirmé que « les Etats-Unis prendront les mesures nécessaires pour assurer la sécurité de (leur) territoire » et « pour protéger » leurs alliés dans la région.

Responsabilité engagée pour Rex Tillerson

Suite à ce tir nord-coréen, les Etats-Unis et la Corée du Sud ont mené un exercice militaire conjoint impliquant des missiles tactiques sol-sol américain et des missiles balistiques sud-coréens, selon l’armée de terre américaine.

D’après le Pentagone, les chefs militaires américains et sud-coréens auraient discuté d’« options de réaction militaire ». Mais la Chine s’oppose à toute intervention militaire et plaide pour une résolution par le dialogue, renvoyant volontiers dos à dos la Corée du Nord et les Etats-Unis.

La Chine et la Russie portent une « responsabilité unique et spéciale » dans l’aggravation de la menace que représente la Corée du Nord, a accusé, de son côté, le secrétaire d’Etat américain, Rex Tillerson.

« En tant que soutiens économiques du programme nucléaire balistique de la Corée du Nord, le Chine et la Russie portent une unique et spéciale responsabilité dans l’augmentation de la menace pour la stabilité régionale et globale« , a déclaré Rex Tillerson dans un communiqué.

Pour ce dernier, ce tir de missile est « une flagrante violation des multiples résolutions du Conseil de sécurité des Nations Unies qui reflètent le voeu de la communauté internationale« , a-t-il ajouté.

Le président russe, Vladimir Poutine, a rapidement demandé à la communauté internationale de « ne pas perdre son sang-froid » face à la puissance nucléaire du régime nord-coréen.