Le président américain Donald Trump a prévenu qu’il ne permettrait plus à la Chine de « ne rien faire » face à la Corée du Nord, après le tir d’un missile intercontinental réussi par Pyongyang.

Le leader nord-coréen Kim Jong-Un a annoncé que l’ensemble du territoire des Etats-Unis est « à portée de tir (…) n’importe où, n’importe quand », après ce nouveau tir de missile balistique intercontinental (ICBM), qui pourrait selon des experts toucher la côte est des Etats-Unis.

« Je suis très déçu par la Chine. Nos stupides anciens dirigeants l’ont laissée engranger des milliards de dollars par an, pourtant ils ne font RIEN pour nous avec la Corée du Nord, hormis parler », a écrit Donald Trump. « Nous ne permettrons plus que cela continue. La Chine pourrait facilement résoudre ce problème! », a ajouté le président américain.

A plusieurs reprises, Donald Trump a fait pression sur la Chine pour qu’elle contrôle son ambitieux voisin, en engageant plusieurs mesures de sanctions, or Beijing veut un retour au dialogue.

Corée du nord : Washington met en cause Beijing et Moscou

Beijing a condamné le tir nord-coréen en soulignant qu’elle « s’oppose aux violations par la Corée du Nord des résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU ». Mais le secrétaire d’Etat américain Rex Tillerson a estimé pour sa part qu’« en tant que soutiens économiques du programme nucléaire balistique » de Pyongyang, Beijing et Moscou, portent une « responsabilité spéciale » dans l’aggravation de cette menace.

En réaction, les Etats-Unis et la Corée du Sud ont mené un exercice militaire en utilisant des missiles tactiques (ATACMS) sol-sol américain et des missiles balistiques sud-coréens Hyunmoo II. Des bombardiers américains B-1B ont également participé aux opérations, qui ont duré un peu plus de 10 heures, aux côtés de chasseurs sud-coréens et japonais.