mercredi, juin 19

Covid-19 : un responsable, dépendant aux jeux vidéos, limogé pour négligence

L’organe disciplinaire de la ville de Xi’an, le nord-ouest de la province du Shaanxi, a annoncé que Li Qiang, ancien chef du Centre d’urgence médicale de Xi’an, a été démis de ses fonctions, exclu de la fonction publique, du Parti communiste (PCC) au pouvoir et son dossier a été transmis à la justice.

Ce dernier est accusé d’avoir eu un comportement négatif vis-à-vis des efforts de prévention et de contrôle de la Covid-19, metant en danger la sécurité publique.

Après avoir enquêté sur les violations disciplinaires de Li Qiang, il a été constaté qu’en tant que chef du centre d’urgence, il a ignoré l’intérêt public, et a faillit à la mise en œuvre des mesures de prévention et de contrôle épidémiques.

Il est soupçonné de négligence et de corruption. Selon les enquêteurs de l’organe de discipline de la province, Li Qiang est dépendant depuis longtemps aux jeux vidéos sur smartphone, et n’héiste pas à y jouer au travail.

« Pendant la période critique de la prévention et du contrôle épidémiques à Xi’an, le travail de Li Qiang a été sérieusement irresponsable, déclenchant plusieurs incidents majeurs qui ont déclenché une opinion publique négative en ligne et ont provoqué un mauvais impact social », selon le communiqué .

Les enquêteurs ont indiqué qu’en janvier 2022, lorsque Xi’an a subi une vague de Covid-19, un certain nombre d’incidents se sont produits qui ont suscité l’indignation du public. Ce limogeage intervient après la polémique survenue après la fausse couche d’une femme.

En effet, une mère enceinte, souffrant de douleurs abdominales, a dû attendre à l’extérieur d’un hôpital pendant deux heures parce que son test d’acide nucléique avait expiré, ce qui a conduit à sa fausse couche.

Le scandale de cette fausse couche, dont des images avaient été publiées sur internet, avait déclenché un tollé et un intense débat sur l’application trop stricte de certaines restrictions contre le Covid-19.

Un autre cas a été le traitement retardé d’un patient de crise cardiaque qui a causé plus tard sa mort subite. Les habitants de Xi’an auraient également eu des difficultés à acheter de la nourriture et à aller dans les hôpitaux lors du pic épidémique de janvier.

Li Qiang est aussi accusé de détournement de fonds publics et d’avoir utilisé son pouvoir au profit de certaines entreprises et a accepté illégalement d’énormes sommes d’argent et de biens en échange.

Le communiqué de la branche locale de l’orfane disciplinaire du PCC précise que « sa grande irresponsabilité a entraîné plusieurs incidents graves qui ont provoqué un grand ressentiment sur internet et des répercussions négatives dans la société. »

Le communiqué accuse également Li Qiang d’avoir accepté des invitations à des banquets, des pots-de-vins et « d’avoir une longue dépendance aux jeux vidéo sur smartphone » qui l’a amené à négliger sa tâche de dirigeant.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *