Le gouvernement compte prendre de nouvelles mesures de soutien pour son économie, en renforçant par exemple les investissements en infrastructure et les actions de développement régional.

Il compte aussi conserver une politique monétaire assurant un niveau de liquidités « raisonnable », a annoncé le Conseil d’Etat, le 1er septembre. Dans un contexte de ralentissement marqué, Beijing souhaite une meilleure intégration de ses politiques budgétaire, financière et monétaire, un approfondissement de ses réformes du marché des capitaux et une ouverture plus large du secteur financier.

« Nous accordons une grande importance au développement des infrastructures, de la haute technologie, de l’industrie de transformation traditionnelle, des services sociaux et des nouvelles régions de croissance », a indiqué le Conseil d’Etat.

En pleine montée de la tension dans la guerre commerciale avec les Etats-Unis, Washington et Beijing ont commencé le 1er septembre à prélever de nouveaux droits de douane sur leurs importations mutuelles.

Les récents indicateurs d’activité montrent, selon l’agence de presse Reuters, la faiblesse persistante du vaste secteur manufacturier au mois d’août et un recul des commandes à l’exportation pour un troisième mois d’affilée.

Le Conseil d’Etat a également déclaré que le gouvernement allait encourager les banques à utiliser des instruments plus innovants pour financer l’économie via plusieurs canaux. Beijing avait déjà annoncé une série de mesures de soutien à la consommation, concernant notamment le marché automobile, en baisse depuis plus d’un an.