Lors du dernier débat entre le prétendants à la Maison blanche, le candidat démocrate à la Maison Blanche, Joe Biden, a promis que, s’il était élu, qu’il obligerait la Chine à «respecter les règles internationales» en matière de commerce et de traitement des entreprises étrangères.

Cherchant à se distinguer de son adversaire, Joe Biden a déclaré que le président sortant Donald Trump «embrasse des voyous … et il enfonce son doigt dans les yeux de nos amis, tous nos alliés».

Lire aussi : La Chine ne veut pas être assimiler aux élections américaines

« Nous devons avoir le reste de nos amis avec nous pour dire à la Chine: ce sont les règles », a déclaré le démocrate à propos de ses projets de rallier les alliés américains pour faire pression sur la Chine. « Vous jouez avec eux ou vous allez payer le prix pour ne pas jouer avec eux, économiquement ».

Il a aussi déclaré qu’une administration sous sa direction ne tolérerait pas les atteintes à la propriété intellectuelle des entreprises américaines opérant en Chine – un objectif de longue date de l’administration Trump – et a promis de « ne pas prêter attention » aux zones d’identification de défense aérienne mises en place par la Chine, en mer de Chine méridionale.

Ces promesses de candidature font suite aux questions du modérateur de la chaîne NBC Kristen Welker sur les visions respectives de Joe Biden et Donald Trump concernant la politique américaine envers la Chine et sur la manière dont ils tiendraient le gouvernement chinois responsable de la propagation du coronavirus.

Donald Trump a maintenu son engagement précédent de « faire payer la Chine » pour la propagation du coronavirus, il a vanté les différents tarifs que son administration avait imposés aux importations en provenance de Chine depuis 2018.

Lire aussi : Donald Trump appelle l’ONU à « tenir la Chine responsable de ses actions »

«Je viens de donner 28 milliards de dollars américains à nos agriculteurs», a déclaré Donald Trump. En réponse Joe Biden à souligner que les tarifs – comme l’ont indiqué de nombreuses études économiques – ont été en grande partie payés par les contribuables américains. «Vous savez qui est le contribuable», rétorque Donald Trump. « Cela s’appelle la Chine. »