Washington a annoncé le 21 octobre avoir approuvé la vente à Taïwan de 135 missiles de défense côtière Slam-ER, ayant une portée suffisante pour atteindre la Chine

La vente pour 1 milliard de dollars n’est pas la première entre Taïwan et les Etats-Unis, suscitant la colère de la Chine, qui a indiqué que cette vente « aura un impact majeur dans les relations sino-américaines »

Washington considère comme une priorité stratégique de contrer la montée de l’influence de la Chine dans la région. Raison pour laquelle, le gouvernement américain a décidé de vendre à Taïwan des lance-roquettes tactiques pour 436 millions de dollars et des équipements d’imagerie destinés à la reconnaissance aérienne pour 367 millions.

L’ensemble de ces engins porte le montant total des transactions approuvées à plus de 1,8 milliard de dollars. La vente de 135 de ces missiles «sert les intérêts économiques et de sécurité nationale des Etats-Unis en aidant (Taïwan) à moderniser ses forces armées et à conserver une capacité de défense crédible», a indiqué le département d’Etat en annonçant cette décision.

Le missile air-sol Standoff Land Attack Missile Expanded Response (Slam-ER) a une portée maximum de 270 km, supérieure à la largeur du détroit de Taïwan qui sépare l’île de la Chine.

Or la Chine considère Taïwan comme une partie de son territoire et assure pouvoir recourir à la force en cas de proclamation formelle d’indépendance à Taïwan ou d’intervention extérieure, notamment américaine.

Lire aussiDes missiles hypersoniques chinois déployés face à Taïwan

Taïwan pourra aussi acheter onze systèmes Himars (High mobility artillery rocket system), un lance-roquettes multiple monté sur un camion, et les armements liés, ainsi que six pods de reconnaissance MS-110, des équipements d’imagerie destinés à renforcer les capacités de reconnaissance de l’aviation taïwanaise.

Washington a rompu ses relations diplomatiques avec Taipei en 1979 pour reconnaître la Chine, mais reste l’allié le plus puissant de l’île et son fournisseur d’armes numéro un.

L’administration du président Donald Trump a accéléré ces dernières années les ventes d’armes à l’île, finalisant récemment un contrat d’achat massif de 66 chasseurs F-16 de nouvelle génération, pouvant être porté à 90 appareils.

Lire aussi : Ventes d’armes américaines à Taïwan : la Chine prévient

Le conseiller à la sécurité nationale de la Maison Blanche, Robert O’Brien, a conseillé la semaine dernière à Taïwan de se «fortifier» pour se protéger d’une invasion par la Chine, tout en jugeant cette éventualité peu probable avant «10 ou 15 ans».

De son côté, la Chine exhorte les Etats-Unis à cesser les ventes d’armes et les contacts militaires avec Taïwan, et à annuler les projets de vente d’armes connexes, afin d’éviter de nouveaux dommages aux liens sino-américains et à la paix et la stabilité à travers le détroit de Taïwan.

Le porte-parole de la diplomatie chinoise, Zhao Lijian, a indiqué que « les ventes d’armes américaines à Taïwan violent considérablement le principe d’une seule Chine et les trois communiqués conjoints sino-américains, notamment le communiqué du 17 août, s’immiscent gravement dans les affaires intérieures de la Chine et compromettent la souveraineté et les intérêts de sécurité de la Chine ».

« Cette décision a envoyé des signaux profondément erronés aux forces sécessionnistes de ‘l’indépendance de Taïwan’ et a mis en péril les relations entre la Chine et les Etats-Unis, ainsi que la paix et la stabilité dans le détroit de Taïwan », a déclaré Zhao Lijian, lors d’un point de presse quotidien. « La Chine s’y oppose fermement », a assuré le porte-parole.

Ce dernier a exhorté la partie américaine à reconnaître pleinement la nature hautement préjudiciable des ventes d’armes à Taïwan, à respecter le principe d’une seule Chine et les trois communiqués conjoints sino-américains, à cesser les ventes d’armes à Taïwan et les contacts militaires avec l’île, et à retirer les plans de vente d’armes connexes, afin d’éviter de nouveaux dommages aux relations sino-américaines et à la paix et la stabilité à travers le détroit de Taïwan.

« La Chine apportera des réponses légitimes et nécessaires en fonction de l’évolution de la situation », a ajouté Zhao Lijian.