Des bombardiers russes et chinois ont effectué le 22 décembre une mission de patrouille conjointe au-dessus du Pacifique occidental dans le cadre d’une démonstration d’alliances militaires de plus en plus étroits entre la Chine et la Russie.

Bombardiers stratégiques Tu-95 de Russie

L’armée russe a déclaré que des bombardiers stratégiques Tu-95 de Russie et quatre bombardiers H-6K de Chine ont survolé la mer du Japon et la mer de Chine orientale.

Le ministère russe de la Défense a déclaré dans un communiqué que la mission conjointe visait à «développer et approfondir le partenariat global Russie-Chine, augmenter encore le niveau de coopération entre les deux armées, élargir leur capacité d’action conjointe et renforcer la stabilité stratégique».

Le ministère a ajouté que le vol de patrouille «n’était dirigé contre aucun pays tiers». La mission du 22 décembre était le deuxième vol de ce type depuis une patrouille de juillet 2019 au-dessus de la même zone.

Cet exercice militaire Chine-Russie fait suite à la déclaration du président russe Vladimir Poutine en octobre 2020 selon laquelle l’idée d’une future alliance militaire entre la Russie et la Chine ne peut être exclue.

D’ailleurs, les présidents chinois Xi Jinping et russe, Vladmir Poutine tiennent ainsi à lancer un signal fort vis-à-vis de l’approfondissement de leur coopération militaire dans un contexte de tensions croissantes avec les États-Unis.

Jusque-là, la Russie et la Chine avaient salué leur «partenariat stratégique», mais avaient rejeté tout échange sur la possibilité de former une alliance militaire. Or Vladimir Poutine a souligné en octobre 2020 que la Russie partageait avec la Chine des technologies militaires hautement sensibles qui avaient contribué à renforcer considérablement sa capacité de défense.

«Sans aucun doute, notre coopération avec la Chine renforce la capacité de défense de l’armée chinoise», a déclaré le président russe, ajoutant que l’avenir pourrait voir des liens militaires encore plus étroits entre les deux pays. «Le temps montrera comment cela se développera», a assuré Vladimir Poutine.

La Russie a cherché à développer des liens plus solides avec la Chine alors que ses relations avec l’Occident s’enveniment à cause de l’annexion par Moscou de la Crimée ukrainienne, des accusations d’ingérence de la Russie dans l’élection présidentielle américaine de 2016 et d’autres problèmes.