Des députés du Kuomintang entrent de force dans l’hémicycle du Parlement de Taïwan afin d’occuper le perchoir, pour dénoncer le passage en force du Parti démocrate progressiste.

Le président nouvellement élu du Parlement, Yu Shyi-kun , avait organisé une discussion inter-partis le 23 juin dernier afin d’étudier la possibilité d’organiser la session extraordinaire demandée par plusieurs dizaines de députés du Parti démocrate progressiste (PDP) de Taïwan.

En effet, faute de consensus sur certains projets de loi à étudier, le bureau du président de Parlement a convoqué une réunion ce 29 juin. Cette décision est jugée déplacée et non conforme par des députés dont le président du groupe parlementaire du KMT, Lin Wei-Chou.

Des députés du KMT ont donc décidé de forcer l’entrée du Parlement pour bloquer la discussion, dénonçant une tentative de passage en force de plusieurs projets de loi. La vingtaine de députés dans l’hémicycle a également bloqué les accès depuis l’intérieur. Ils menacent de ne pas quitter l’hémicycle si la dirigeante de Taïwan Tsai Ing-wen ne retire pas la nomination de Chen Chu à la tête de la branche de contrôle.

La dirigeante de Taïwan a annoncé le 22 juin la nomination de son ancienne secrétaire générale, Chen Chu, à la présidence du Yuan de contrôle. Il s’agit d’une structure ayant le pouvoir de destitution et de censure des fonctionnaires et qui vérifie le fonctionnement de l’administration et les comptes de Taïwan.

« Au cours des années 1970, Chen Chu a participé de manière active au mouvement en faveur de la démocratie, alors que Taïwan était encore sous loi martiale. Elle a été emprisonnée de 1980 à 1986 pour sa participation à l’Incident de Kaohsiung, une manifestation organisée en décembre 1979 qui avait abouti à l’emprisonnement de nombreux militants pro-démocratie. Chen Chu a été ministre du Travail de 2000 à 2005 puis maire de Kaohsiung de 2006 à 2018« , a écrit le site internet du gouvernement de Taïwan.

Les députés du PDP avaient demandé l’organisation d’une session extraordinaire du 29 juin au 22 juillet afin d’étudier plusieurs projets tels que l’approbation de la nomination des membres de la branche des examens, de la branche de contrôle et de la NCC; le budget de la deuxième phase du plan de développement des infrastructures pour l’avenir de Taïwan; et entre autre le changement de nom du passeport taïwanais et de la compagnie aérienne China Airlines.

De son côté, le président du groupe parlementaire du KMT, Lin Wei-Chou, a indiqué que les sessions extraordinaires doivent être réservées aux dossiers majeurs et urgents. Le Kuomintang a indiqué que « l’approbation de la nomination des membres de la branche de contrôle qui provoque autant de désaccord ne doit pas être étudiée pendant la session extraordinaire« , selon Radio Taïwan International.