La Haute Cour a confirmé le 15 juin la condamnation de deux anciens officiers du renseignement et d’un officier à la retraite de l’administration des garde-côtes (CGA). Ils sont accusés d’espionnage pour le compte de la Chine.

Lors du nouveau procès du parquet de Kaohsiung, les trois accusés ont été reconnus coupables d’avoir enfreint la loi sur la sécurité nationale. Une enquête a révélé qu’ils avaient partagé des fichiers et des photographies des défenses côtières et des déploiements de troupes de Taïwan. Il a également été divulgué le fonctionnement interne de l’administration des garde-côtes, des rapports internes, ainsi que d’autres documents hautement sensibles.

Tsui Yi-sheng, un ancien officier du renseignement et capitaine du Taiwan Garrison Command, Lee Ching-hsien, ancien officier du renseignement et lieutenant-colonel au commandement de la réserve des forces armées, et Yeh Jui-chang, ancien commandant et colonel du CGA, ont reconnu leur culpabilité.

MM. Yeh et Tsui ont chacun reçu une peine de 10 mois, tandis que M. Lee a été reconnu coupable de trois chefs d’accusation et condamné à purger trois peines de sept à 14 mois. Dans la première décision rendue en avril 2018, M. Tsui a été condamné à deux ans et six mois de prison, M. Yeh a été condamné à un an et M. Lee a été condamné à trois ans et six mois.

Les juges ont approuvé la décision précédente, affirmant que le trio avait trahi Taïwan en portant atteinte à la sécurité nationale et en obtenant des documents classifiés vendus à la Chine.

L’enquête a montré que M. Tsui s’était rendu en Chine pour affaires après sa retraite en 2004 et qu’il se serait lié d’amitié avec un responsable de la province du Shandong du nom de M. Zhang, un haut responsable de la sécurité de l’État chinois en charge des agences militaires et de renseignement régionales.

M. Zhang aurait proposé de payer M. Tsui pour des documents classifiés et promis des avantages pour l’entreprise de Tsui, selon les dossiers.

Les enquêteurs ont déclaré que M. Tsui avait recruté son ancien collègue M. Lee qui venait de prendre sa retraite de la division de collecte de renseignements. Les deux hommes ont convenu de travailler ensemble pour développer un réseau d’espionnage à Taïwan, sous la direction de M. Zhang.

Ainsi, M. Lee a tenté de recruter d’autres officiers à la retraite et s’est arrangé pour qu’ils rencontrent des officiers du renseignement chinois en 2012 et 2013, ont déclaré les enquêteurs. Ils ont indiqué qu’il leur avait dit que M. Zhang lui avait versé 20 000 à 50 000 dollars NT pour chaque réunion.

M. Yeh a accepté d’obtenir des documents de ses amis et collègues qui travaillaient encore pour l’administration des gardes-côtés, ont déclaré les enquêteurs.

Les différentes actions du trio ont abouti à la transmission d’une grande quantité de documents en Chine, y compris des fichiers et des photographies des plans d’urgence de l’administration des gardes-côtés concernant les déploiements d’armes et de troupes pour les quatre principaux secteurs de défense du littoral de Taïwan (nord, centre, sud et est), pour lesquels M. Lee a reçu le l’équivalent de 70 000 NT$, selon les enquêteurs.

Taipei et Pékin s’espionnent mutuellement depuis la fin de la guerre civile en Chine en 1949, lorsque les nationalistes se sont rendus sur l’île après leur défaite face aux communistes.