D’après le Journal de Beijing, le salaire moyen pour les nouveaux emplois à Beijing a atteint 22 717 yuans, alors que certains secteurs ont eu du mal à trouver suffisamment d’employés.

Le salaire mensuel médian de près de 80% des postes à Beijing a dépassé 20 000 yuans (2600€) par mois. Les salaires les plus élevés atteignent 43 360 yuans (5 636,8€) par mois,  pour les professionnels de l’ingénierie de la blockchain et les ingénieurs.

L’échelle salariale d’environ 71% de nouveaux postes haut de gamme à Beijing se situe entre 20 000 et 30 000 yuans (3900€) par mois au premier trimestre 2021.

Selon le rapport sur les salaires à Beijing, environ 12 des 59 nouveaux postes énumérés se trouvent dans le haut de gamme, y compris des professionnels de l’ingénierie et de la technique de la blockchain, des testeurs de la sécurité de l’information, des professionnels de l’ingénierie et des technologies du «cloud», des consultants en prévention et contrôle des anomalies congénitales.

Le salaire mensuel médian de ces nouveaux postes haut de gamme est de 22 717 yuans par mois, selon le rapport.

Les professionnels techniques, les membres du personnel et le personnel commercial ont été l’objet d’évolutions importantes sur le marché du travail à Beijing au premier trimestre de cette année, avec respectivement des salaires mensuels médians de 12 896 yuans (1 676,48€), 9 273 yuans (1 205,49€) et 10 438 yuans (1 356,94€).

Les salaires du personnel qualifié a augmenté de 2,3 pour cent en moyenne par rapport au trimestre précédent, les salaires des techniciens et techniciens supérieurs dépassant tous deux 10 000 yuans (1300€) à 10 948 yuans (1 423,24 €) par mois et 10 008 yuans (1301€) par mois, respectivement.

La demande de postes techniques à 1 356,94 a été la plus forte, représentant 34,7% du total à Beijing. A contrario, selon un haut responsable, les restaurants, les hôtels et les constructeurs automobiles ont eu du mal à trouver suffisamment d’employés, au premier trimestre 2021.

Pourtant, les dépenses de consommation et la production en usine de la Chine continuent de se remettre du ralentissement économique induit par la pandémie de COVID-19.

Wu Liduo, du ministère des Ressources humaines et de la Sécurité sociale, a expliqué que le top 100 des «professions les plus en rupture de stock» de Chine a généré 1,66 million d’offres d’emploi au cours des trois premiers mois de l’année 2021, soit une augmentation trimestrielle de environ 17%.

Ce dernier a indiqué qu’en comparaison, seulement un peu plus de 600 000 personnes ont postulé, malgré une augmentation trimestrielle de près de 25% du nombre de candidats.

«La relation offre-demande est toujours serrée», a déclaré Wu Liduo lors d’une conférence de presse à Beijing.

Ce dernier a noté que l’augmentation du nombre de candidats et des emplois disponibles montre l’amélioration du dynamisme du marché du travail et que les progrès étaient plus visibles dans le secteur manufacturier, en particulier dans les industries de l’automobile et des puces.

Selon les chiffres du ministère, la Chine a ajouté 2,97 millions d’emplois urbains au cours des trois premiers mois de cette année, soit une augmentation annuelle de 680 000. Enfin, le taux de chômage interrogé était de 5,3% le mois dernier, 0,6 point de pourcentage inférieur à celui de l’année dernière et inférieur à l’objectif de 5,5% fixé par les autorités.