Possible retour des négociations entre Beijing et Washington, afin d’éviter une aggravation de leur guerre commerciale, qui commence à peser sur les entreprises américaines implantées en Chine.

Plus de deux mois après s’être imposés mutuellement des droits de douane punitifs, les deux premières puissances économiques mondiales souhaitent mettre fin à leur dialogue de sourds. Pourtant, le président américain Donald Trump menace de frapper quatre fois plus fort.

Donald Trump veut imposer de nouvelles taxes à la Chine

Le secrétaire américain au Trésor, Steven Mnuchin, a proposé au gouvernement chinois de reprendre les discussions, d’après les dires du conseiller économique de la Maison Blanche, Larry Kudlow. « M. Mnuchin, qui est à la tête de l’équipe chargée de la Chine, a semble-t-il envoyé une invitation » à reprendre les discussions, a déclaré M. Kudlow, ajoutant que « parler vaut mieux que ne pas se parler, je pense que c’est une bonne chose ».

De son côté, le ministère chinois du Commerce a salué l’offre américaine, sans préciser si les discussions pourraient avoir lieu à Pékin ou à Washington. « La Chine a bien reçu une invitation (à négocier) de la part des Etats-Unis et s’en félicite », a déclaré lors d’un point presse le porte-parole du ministère, Gao Feng. « La Chine estime que l’escalade du conflit commercial n’est dans l’intérêt d’aucune des parties », a-t-il ajouté, précisant que les deux pays discutaient actuellement des détails d’une possible rencontre.

L’administration Trump dénonce l’excédent bilatéral de la Chine et menace d’imposer de nouveaux droits de douane punitifs sur 200 milliards de dollars (172 mds €) d’exportations chinoises annuelles à destination des Etats-Unis.

Malgré les réactions de la Chine, lepays importe nettement moins de produits des États-Unis qu’elle n’en exporte. Raison pour laquelle, Beijing ne pourra pas frapper de taxes les produits américains, à hauteurs de 200 milliards de dollars (172 mds €).

Selon une nouvelle étude réalisée par la Chambre de commerce américaine en Chine, 60% des entreprises américaines implantées dans le pays disent ressentir l’incidence des hausses de droits de douane entrées en vigueur des deux côtés du Pacifique.

Un grand nombre d’entreprises américaines produisent en Chine des marchandises qu’elles exportent ensuite vers la première économie mondiale. Les trois quarts de ces entreprises interrogées disent s’attendre à ressentir les effets de la deuxième série de taxes, que menace d’imposer Donald Trump.

Interrogé par l’Agence France Presse, président de la Chambre de commerce américaine en Chine, Alan Beebe, a indiqué que « l’inquiétude ambiante perturbe les décisions d’investissement ».

En effet, près d’un tiers des entreprises interrogées ont commencé à délocaliser leurs chaînes de production hors de Chine ou des États-Unis. La même proportion a décidé de retarder ou d’annuler des décisions d’investissement.

D’après le sondage, 42% des entreprises américaines affirment que leurs produits se vendent moins bien auprès des consommateurs chinois. Pour Alan Beebe, cela s’explique soit parce qu’ils se sont renchéris, soit parce que les Chinois renoncent à acheter américain en réaction à la guerre commerciale.

La moitié des sociétés gagnent moins d’argent dans le pays, et font état de coûts de production accrus, les poussant à licencier. Ainsi, 12% des entreprises ont réduit leurs effectifs.