Donald Trump n’exclut pas de couper ses relations économiques avec la Chine, voire même de «couper tous les ponts» avec la Chine.

Le président Donald Trump (image ci-contre) n’exclut pas de couper toutes les relations y compris économiques avec Beijing dans un contexte de tensions entre les deux premières puissances mondiales.

«Les Etats-Unis maintiennent bien entendu une option politique, sous plusieurs conditions, de couper tous les ponts avec la Chine», a indiqué Donald Trump sur Twitter.

L’hôte de la Maison Blanche a fait cette déclaration suite aux propos, tenus la veille à propos de la Chine, par son représentant au Commerce Robert Lighthizer lors d’auditions au Congrès.

Auditionné le 17 juin par la Chambre des représentants, Robert Lighthizer avait déclaré que la Chine respectait jusqu’à présent les termes d’un accord entre les deux pays et que couper les ponts entre Beijing et Washington était désormais impossible.

Robert Lighthizer, artisan de l’accord économique signé entre la Chine et les Etats-Unis le 15 janvier, s’est montré positif et optimiste, assurant que les autorités chinoises allaient tenir leurs engagements notamment d’achats massifs de biens agricoles américains.

Lire aussiLa Chine s’efforce de tenir sa promesse d’achat aux États-Unis

Le représentant au commerce a mit sur la tacle les récents achats notamment de coton pour un milliard de dollars. Le fait de couper les relations «était une option politique il y a quelques années mais je ne pense qu’il s’agisse d’une politique ou d’une option politique raisonnable à ce stade», avait déclaré Robert Lighthizer.

Mi-mai, Donald Trump avait déjà menacé de rompre toute relation avec la Chine et assuré qu’il ne souhaitait plus parler à son président Xi Jinping.

Lire aussi : Donald Trump menace de « couper toute relation » avec la Chine

Le président républicain a dénoncé à plusieurs le lourd bilan de la pandémie de Covid-19, qui aurait pu être évité si la Chine avait agi de manière responsable dès l’apparition du virus dans la ville de Wuhan fin 2019. De son côté, Beijing affirme avoir transmis le plus vite possible toutes les informations à l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et à d’autres pays, dont les Etats-Unis.

Avant la propagation de la pandémie de Covid-19, les deux premières puissances économiques du monde étaient parvenues à une trêve dans leur guerre commerciale à coup de tarifs douaniers punitifs réciproques.

Lire aussi : Accalmie décrétée dans la guerre commerciale sino-américaine