La Chine libère 10 soldats indiens arrêtés lors d’affrontements

par | Juin 19, 2020 | Asie/Pacifique, MONDE

La Chine a libéré le 18 juin des soldats indiens arrêtés lors d’un accrochage meurtrier dans l’Himalaya entre les armées chinoise et indienne, à la frontière des deux pays.

Les autorités chinoises ont libéré dix soldats indiens, fait prisonniers lors d’un affrontement dans une vallée de l’Himalaya, à la frontière contestée entre les deux pays.

Lire aussi : Nouvelle confrontation entre la Chine et l’Inde dans l’Himalaya

Des militaires des deux géants asiatiques s’étaient affrontés dans un corps-à-corps violent, à coups de poings, pierres et de barres de fer. Ces libérations interviennent après des discussions entre la Chine et l’Inde, afin d’apaiser la tension après la confrontation du 15 juin.

L’Inde a fait état de victimes « des deux côtés » dont 20 soldats tués dans ses rangs. La Chine a refusé de confirmer des pertes, mais des médias indiens ont affirmé qu’au moins 40 soldats chinois avaient été tués ou grièvement blessés.

Lire aussi : Donald Trump offre sa médiation entre la Chine et l’Inde

Les dix soldats indiens ont été libérés le 18 juin dans la soirée, selon plusieurs médias dont l’agence de presse Press Trust of India. « Il est établi désormais que plus aucun militaire indien ne manque à l’appel », a déclaré l’armée indienne dans un communiqué.

Dix-huit militaires indiens grièvement blessés sont toujours hospitalisés, selon l’armée indienne. Selon le journal The Hindu, un accord sur la libération des soldats a été trouvé lors de discussions entre responsables de haut-niveau des armées de la Chine et de l’Inde.

L’accrochage du 15 juin est le premier heurt meurtrier depuis 45 ans entre les puissances nucléaires. La Chine et l’Inde se sont rejetées publiquement la responsabilité des heurts et disent vouloir une résolution pacifique de la crise.

Le gouvernement indien avait dénoncé le 17 juin une « action planifiée et préméditée » de la Chine susceptible d’avoir de « graves répercussions » sur les relations entre les deux pays les plus peuplés du monde.

« La partie indienne ne doit pas se méprendre (…) et sous-estimer la ferme volonté de la Chine de défendre sa souveraineté territoriale », a indiqué de son côté le ministère chinois des Affaires étrangères.

Vous souhaitez en savoir plus, recherchez votre article

%d blogueurs aiment cette page :