Le gouvernement a présenté quelques unes de ces mesures préliminaires visant à renforcer le secteur privé, encore en difficulté du pays en 2019.

La conjoncture actuelle pourrait durer car les retombées du ralentissement économiques et la guerre commerciale engagée par Washington devraient se prolonger jusqu’à l’année prochaine, d’après l’agence Bloomberg.

Cependant, le gouvernement compte dévoiler « davantage de mesures favorables aux entreprises privées du pays ainsi qu’aux petites et moyennes entreprises (PME) », d’après le Premier ministre Li Keqiang.

Ce dernier a indiqué, suite à une réunion exécutive du Conseil des Affaires d’État (gouvernement) le 24 décembre, que « le soutien accru au développement des entreprises privées et des PME contribue à renforcer l’élan endogène du développement économique, à stimuler l’entrepreneuriat et l’innovation et à augmenter l’emploi ».

Les entreprises privées peuvent espérer des réductions d’impôt et davantage de financement, via des prêts bancaires, d’après le communiqué publié après la réunion. Les régulateurs compte également réduire le délai d’examen des introductions en bourse et des demandes de refinancement.

Il a aussi été décidé de mettre l’accent sur la collaboration avec les gestionnaires d’État et les assureurs, afin de réduire les risques liés aux prêts en gage à des sociétés privées. Il est prévu une surveillance des sociétés nationales et étrangères de toutes tailles, sur leur présence sur le sol chinois, assurant qu’un traitement plus équitable sera observé.

Ces mesures font suite à d’autres prises au mois de novembre 2018 visant à faciliter les émissions d’obligations pour les entreprises privées. « Pour alléger les difficultés de financement des entreprises privées, le pays rendra plus facile la levée de fonds via l’émission d’obligations pour ces entreprises, notamment celles qui affichent une bonne solvabilité et des performances stables, et celles qui soutiennent la modernisation industrielle et le développement régional », a expliqué Meng Wei, porte-parole de la Commission nationale du développement et de la réforme.