L’activité manufacturière en Chine a connu en mars son rythme de croissance le plus rapide depuis trois mois, selon des chiffres du Bureau d’État des statistiques (BES).

L’indice officiel des directeurs d’achats (PMI) pour le mois de mars s’est établi à 51,9 points contre 50,6 le mois précédent, a annoncé le BES. Il s’agit d’un résultat légèrement supérieur à la prévision moyenne des analystes sondés par l’agence Bloomberg, qui tablaient sur 51,2.

L’indice s’inscrit ainsi au plus haut depuis décembre 2020, alors qu’il était de 51,9. Par la suite, le PMI a connu un rythme plus faible en particulier à l’approche des congés du Nouvel an en Chine, à la mi-février.

L’indice s’est maintenu au-dessus de la barre des 50, synonyme d’expansion de l’activité. En mars, après les congés du Nouvel an en Chine, «l’offre et la demande ont connu une accélération» sur le marché chinois, tandis que «les principales économies mondiales continuaient à se remettre» de la pandémie, a indiqué le BNS.

Le sous-indice des nouvelles commandes destinées à l’étranger s’est ainsi inscrit en hausse à 51,2 (+2,4 points par rapport à février). Parallèlement, le PMI non-manufacturier s’est établi à 56,3 en mars, en hausse par rapport à 51,4 le mois précédent, selon le BNS, qui note une «accélération» dans les services en Chine.

Les services sont devenus la priorité de la Chine qui souhaite rééquilibrer son modèle économique. Ils représentent désormais plus de 50% de son PIB. Or l’amélioration des conditions sanitaires couplées à l’assouplissement des restrictions favorisent la reprise.

Les services en Chine comprennent les transports, le marketing, l’immobilier ou encore la finance. Le secteur, en particulier les loisirs, le tourisme et la restauration, a particulièrement souffert de l’épidémie.