Au cours des cinq dernières années, environ 90% des diplômés des écoles professionnelles supérieures de Chine ont pu obtenir un emploi dans les six mois suivant l’obtention de leur diplôme, selon un article du «China Education Daily».

Le taux d’emploi des diplômés des écoles professionnelles «est resté à un niveau stable au cours des cinq dernières années, et le salaire mensuel moyen qu’ils reçoivent six mois après l’obtention de leur diplôme a augmenté de 7,37% entre 2018 et 2019», a rapporté le «China Education Daily», citant le rapport compilé par l’Institut national des sciences de l’éducation.

Plus de 93% des diplômés se sont dit satisfaits de l’éducation qu’ils ont reçue, selon le rapport. Les rapporteurs ont indiqué que «la plupart des diplômés ont été embauchés par le secteur privé et dans des entreprises individuelles, et leurs principaux employeurs sont dans les secteurs de l’éducation, de la construction, de la santé et du travail social».

Lire aussi : Le chômage reste au-dessus de 5%

Selon le rapport, l’enseignement professionnel «contribue également au développement régional». Les rapporteurs ont déclaré que près de 60% des diplômés des écoles professionnelles supérieures ont choisi de travailler dans la localité de leur formation, et 66% ont travaillé pour des petites et moyennes entreprises, «fournissant des talents pour le développement de l’économie locale».

L’étude a été réalisée par le département de l’enseignement professionnel et de l’éducation des adultes du ministère de l’Éducation. Elle s’est concentrée sur le système éducatif, le fonctionnement de l’école, l’enseignement et le développement des élèves, fournissant des informations relatives à la qualité et à la condition de l’enseignement professionnel depuis 2016.

Après une année atone, la Chine a décidé de prolonger certaines de ses politiques «favorables à l’emploi jusqu’à la fin de l’année», faciliter davantage l’emploi flexible et augmenter le soutien financier aux secteurs qui subissent toujours l’impact de l’épidémie.

Selon le compte rendu d’une réunion exécutive du Conseil des Affaires d’État, gouvernement chinois, le Premier ministre Li Keqiang, a adopté un projet de règlement sur la gestion de la protection antisismique pour les projets de construction.

A la fin de l’année 2020, certains diplômés s’inquiétaient de leur avenir, en raison du ralentissement de l’économie chinoise, puis le confinement imposé durant plusieurs mois.

Signe des difficultés de cette tranche de la population, le taux de chômage des jeunes diplômés est trois fois plus élevé que la moyenne nationale: 19,3% contre 5,7% à fin juin, selon les économistes de la banque United Overseas Bank Ltd.

Image d’illustration

Ce taux ne concerne que le taux de chômage calculé pour les urbains de la capitale, ce qui n’évalue pas le marché de l’emploi dans les zones rurales.

Lire aussi : Hausse du chômage à cause du nouveau coronavirus

Malgré la reprise, des secteurs entiers font encore face aux effets du ralentissement économique de la Chine, particulièrement le tourisme.  

Interrogé par l’Agence France presse, Louis Kuijs, du cabinet Oxford Economics, la reprise est là, mais la question est de savoir « si elle est suffisante pour absorber » la main d’oeuvre excédentaire.

«Une différence de quelques points de pourcentage se traduit par des millions de créations d’emplois en plus ou en moins», a indiqué ce dernier.

Outre les jeunes diplômés, de nombreux étudiants chinois ont interrompu leur scolarité à l’étranger pour revenir chez leurs parents.

La Chine redoute une montée du chômage qui pourrait conduire à une révolte sociale, remettant en cause la légitimité du parti unique. Or le Premier ministre Li Keqiang a promis de créer plus de 9 millions d’emplois.