La Chine a décidé de réquisitionner la production de certaines entreprises pharmaceutiques, alors que des millions de Chinois n’arrivent plus à trouver des médicaments de base pour se soigner face à une vague sans précédent de Covid-19.

Depuis 2020, Pékin imposait de strictes mesures sanitaires, dans le cadre de sa politique « zéro Covid » ayant permis de protéger les personnes les plus à risque et celles peu vaccinées.

Mais le gouvernement a été poussé à mettre fin aux restrictions sanitaires dès le début du mois de décembre en raison de la colère grandissante de la population et de l’impact considérable sur l’économie.

Depuis, les cas de Covid en Chine explosent et une grande partie des Chinois sont livrés à eux-mêmes, au moment où médicaments contre la fièvre et autotests font défaut face à une demande exponentielle.

En pleine pénurie de traitement, une douzaine d’entreprises pharmaceutiques ont reçu l’ordre de « garantir l’approvisionnement » en médicaments clés. Wiz Biotech, fabricant de tests antigéniques à Xiamen (est), a indiqué sur son compte officiel la « réquisition » de sa production par les autorités locales.

A Pékin, les autorités ont envoyé du personnel en renfort chez six fabricants de kits pour les aider à « augmenter la production », selon une note de la municipalité.

Ces décisions permettent de « sécuriser la production mais la logistique est encore loin d’être fluide […] dans les hôpitaux et les pharmacies », a admit à l’AFP, Zhou Zhicheng, responsable de la Fédération chinoise de la logistique et des achats.

« C’est un peu la pagaille » à cause d‘ »achats excessifs ». De plus, des gens « commandent en double » leurs médicaments. Le 22 décembre, une douzaine de pharmacies contactées par l’AFP aux quatre coins de la Chine ont révélé être en manque de médicaments contre la fièvre.

A Zhuhai, ville limitrophe de Macao (sud), l’achat de comprimés contre la fièvre est limité à six par semaine et sur présentation d’une pièce d’identité. De plus, plusieurs villes dont Nankin (est) et Shenzhen (sud) ont pris des mesures similaires.

Dans la ville de Hangzhou, la municipalité a appelé ses habitants à faire des achats de médicaments de façon « rationnelle ». « Ne stockez pas à l’aveuglette, laissez les médicaments à ceux qui en ont vraiment besoin. »

A Hong Kong, les habitants sont à la recherche de médicaments anti-grippaux en vente libre, malgré une situation sanitaire plus stable que dans le reste de la Chine. A Taïwan, la même frénésie est observée. Les autorités locales ont envisagé des limitations d’achats de médicaments.