dimanche, juin 16

Exercices militaires chinois et russes vivement condamnés

Le Japon a déclaré qu’il exprimait sa « grave préoccupation » vis-à-vis de la Russie et de la Chine concernant ce que Tokyo a décrit comme une « démonstration de force » après que les deux pays ont effectué une patrouille aérienne conjointe dans la région Asie-Pacifique.

Les forces aériennes chinoises et russes ont conjointement effectué le 24 mai une patrouille aérienne stratégique au-dessus de la mer du Japon et de la mer de Chine orientale ainsi qu’à l’ouest de l’Océan pacifique, a indiqué l’agence de presse Xinhua.

La patrouille a été effectuée conformément à un programme de coopération annuel entre les deux armées, a ajouté cette dernière.

TOKYO DÉNONCE

Hirokazu Matsuno, porte-parole du gouvernement japonais, a indiqué que « nous ne pouvons pas ignorer les actions qui exacerbent les tensions en Asie de l’Est alors que la Russie a déjà accru les tensions en Ukraine ».

Tokyo a fait part de sa « grave préoccupation » à Pékin et à Moscou, a rapporté Kyodo News. Au moins six avions militaires russes et chinois ont effectué une mission conjointe de patrouille aérienne dans la région Asie-Pacifique.

Les forces aérospatiales russes et les forces aériennes de l’Armée populaire de libération de Chine ont effectué un vol de 13 heures dans le cadre d’un groupe aérien au-dessus de la mer du Japon et de la mer de Chine orientale, a annoncé mardi le ministère russe de la Défense.

La patrouille aérienne a eu lieu alors que les dirigeants du Japon, des États-Unis, de l’Australie et de l’Inde se réunissaient à Tokyo dans le cadre de leur alliance Quad.

Hirokazu Matsuno a qualifié la patrouille de « démonstration de force », ajoutant que le fait qu’elle ait été « menée pendant le sommet élève le niveau de provocation ».

« Le gouvernement demande fortement à la Chine de jouer un rôle responsable dans le maintien de la paix et de la sécurité au sein de la communauté internationale », a déclaré le porte-parole du gouvernement japonais.

Pendant ce temps, le législateur japonais Masahisa Sato, chef de la division des affaires étrangères du Parti libéral démocrate au pouvoir, a déclaré que « la Chine s’est révélée être une nation voyou ».

La Chine a rejeté les plaintes de Tokyo, affirmant qu’il s’agissait d’une « patrouille aérienne stratégique conjointe de routine ».

« Cette opération ne vise aucun tiers et n’a rien à voir avec la situation internationale et régionale actuelle », a déclaré le colonel Wu Qian, porte-parole du ministère chinois de la Défense.​​​​​​​

« Nous devons montrer une position sévère basée sur le droit international contre une telle démonstration de force aberrante », a assuré Masahisa Sato, suggérant que le Japon devrait « envisager de faire naviguer des navires des forces de défense vers le détroit de Taiwan ».

PÉKIN RÉPOND AUX EXERCICES AU-DESSUS DE TAÏWAN

Or la Chine a déclaré que ses exercices militaires conjoints autour de Taïwan étaient destinés à être un « avertissement sévère » contre les « activités de collusion » entre les États-Unis et Taipei.

Lire aussi : La Chine mène des exercices dans les airs et la mer autour de Taiwan

« L’Armée populaire de libération (APL) chinoise a récemment organisé des patrouilles conjointes de préparation au combat et de véritables exercices d’entraînement au combat impliquant plusieurs services et armes dans les eaux et l’espace aérien autour de l’île de Taiwan », a déclaré le porte-parole militaire, le colonel Shi Yi, dans un communiqué.

« Il s’agit d’un avertissement sévère contre les récentes activités de collusion entre les États-Unis et Taiwan », a déclaré ce dernier.

Les derniers exercices militaires chinois interviennent après que le président américain Joe Biden a considérablement augmenté la mise sur Taïwan lors de son premier voyage présidentiel en Asie.

Joe Biden a déclaré plus tard que la position de Washington sur Taiwan n’avait pas changé et qu’il n’abandonnerait pas la politique « Une Chine ».

Shi Yi a affirmé qu’il était « hypocrite et futile pour les États-Unis de dire une chose et d’en faire une autre sur la question de Taiwan », affirmant que ses actions « encouragent fréquemment les forces de l' »indépendance de Taiwan ».

« Taïwan fait partie de la Chine … (nos) troupes sont déterminées et capables de contrecarrer toute ingérence et tentative séparatiste de forces extérieures … et de sauvegarder résolument la souveraineté et la sécurité nationales ainsi que la paix et la stabilité régionales », a ajouté le porte-parole.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *