Dans le cadre du 9ème sommet des BRICS, le président Xi Jinping a présidé le forum commercial, assurant que l’objectif des BRICS n’est pas de « prendre le fromage de quiconque » mais « d’agrandir le gâteau de l’économie mondiale ».

Selon les estimations du Fonds monétaire international (FMI), les BRICS ont représenté 22,53% du PIB mondial en 2015 et ont contribué à plus de 50% de la croissance mondiale au cours des dix dernières années. En 15 ans d’existence, les échanges entre les pays des BRICS sont passés de 3 milliards de dollars (2,67 mds €) à 70 milliards de dollars (62,3 mds €).

Xi Jinping, président de la République Populaire de Chine

Pour le président chinois, « seule l’ouverture apporte le progrès, et seule l’inclusion maintient un tel progrès. Nous ne devons pas ignorer des problèmes dus à la mondialisation économique ou seulement nous plaindre d’eux. A l’inverse, nous devons faire des efforts conjoints pour trouver des solutions« .

Xi Jinping, les pays membres devraient travailler pour que leur coopération économique ait plus de substance, estimant qu’il faut « améliorer la coordination de la politique macroéconomique, mettre en synergie les stratégies de développement, tirer profit de leurs forces dans la structure industrielle et de leurs ressources et créer des chaînes de valeur et un grand marché pour les intérêts partagés en vue de réaliser un développement interconnecté« .

Durant les dix dernières années, le PIB combiné des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud) a progressé de 179%, les échanges commerciaux ont augmenté de 94%, et la population urbaine a crû de 28%.

Plus de 1 500 mesures ont été mise en place par le groupe BRICS, qui ont apporté selon Xi Jinping, « des bénéfices tangibles à plus de 3 milliards de personnes et que la tendance à la croissance ainsi que le potentiel des pays des BRICS restent inchangés« .

Toutefois, pour Wang Shouwen, vice-ministre chinois du commerce, « les pays membres des BRICS doivent garantir les règles du commerce et s’efforcer de maintenir un équilibre entre le libre-échange et les intérêts nationaux sur fond de revers dans la mondialisation ».

Tenant compte d’une économie mondiale faible, les mesures commerciales ont été multipliées, et souvent à outrance. Les pays des BRICS ont été la cible de plus d’un tiers des enquêtes anti-dumping et anti-subventions lancées dans le monde entier à la fin de juin 2016.

« Les enquêteurs du commerce des BRICS ont développé leurs échanges et leur coopération, et sont parvenus à davantage de consensus sur le soutien au système actuel du commerce multilatéral et l’opposition à toute forme de protectionnisme« , a indiqué le vice-ministre.

Ce dernier a appelé les représentants des pays des BRICS à protéger les intérêts communs des marchés émergents et des économies en développement, à faire avancer le développement des règles du recours commercial, et à lutter contre le protectionnisme.