vendredi, juin 14

Gestion des urgences accord entre la Chine et des pays d’Asie centrale

La Chine, le Kazakhstan, le Kirghizistan, le Tadjikistan, le Turkménistan et l’Ouzbékistan ont signé le 30 mai un mémorandum d’entente sur la mise en place du mécanisme lors d’une réunion ministérielle à Urumqi, capitale de la région autonome ouïgoure du Xinjiang (nord-ouest de la Chine).

Les six pays ont également approuvé un plan d’action pour la coopération en matière de gestion des urgences pour 2024-2026. Dans le même temps, ils ont annoncé la création d’un groupe de travail sur la gestion des urgences entre la Chine et l’Asie centrale.

« Le mécanisme servira de nouvelle plate-forme pour approfondir la coopération mutuellement bénéfique et pratique entre les six pays », a noté le ministère chinois de la Gestion des urgences.

« La Chine est prête à renforcer la communication et la coordination avec les cinq pays d’Asie centrale sur la gestion des urgences afin de contribuer à la construction d’une communauté d’avenir partagé plus étroite entre la Chine et l’Asie centrale », a ajouté le ministère.

La Chine, le Kazakhstan, le Kirghizistan, le Tadjikistan, le Turkménistan et l’Ouzbékistan sont confrontés à des risques élevés de catastrophes naturelles, telles que les tremblements de terre, les inondations et les incendies de forêts et de prairies.

D’ailleurs, selon le FMI, « les pays d’Asie centrale doivent s’attendre à des pertes désastreuses s’ils ne prennent pas de mesures d’adaptation au changement climatique ». Ainsi, la pluviométrie sera sans doute plus irrégulière en Asie centrale, accentuant ainsi le risque de sécheresses. Au Tadjikistan, la probabilité que des sécheresses d’origine climatique surviennent au cours d’une année pourrait être multipliée par dix, passant de 3 % aujourd’hui à plus de 30 % d’ici la fin du siècle, a souligné le FMI.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *