Lors du dîner de gala de la fédération patronale AGA, mercredi 26 octobre à Hambourg, le commissaire européen chargé de l’économie numérique, Günther Oettinger, a tenu des propos polémiques dans une vidéo révélée le 29 octobre. Ce dernier a qualifié les chinois d’« yeux bridés » et d’« escrocs », tout en critiquant ouvertement les ministres qu’il a rencontré.

La vidéo a été révélé par le site de l’hebdomadaire Der Spiegel, celle-ci tournée sur un téléphone portable par l’un des quelque 200 chefs d’entreprise présents. Il est possible d’entendre Günther Oettinger racontait sa récente rencontre avec des ministres chinois : « neuf hommes » et « pas une femme », tous d’un « seul parti« , portant un même « costume bleu sombre » et « peignés de gauche à droite avec du cirage noir ».

Au début de la vidéo, un court texte de l’auteur précise qu’il a commencé à filmer après avoir entendu Günther  Oettinger qualifier les chinois d’ »yeux bridés » ou d' »escrocs ». Ce dernier a d’ailleurs indiqué sur la vidéo : « il m’a semblé qu’un tel discours, prononcé par un commissaire européen, méritait d’être remarqué ».

En Allemagne, le discours du commissaire a été condamné par la gauche et les écologistes. : « il est désolant que l’Allemagne ait pour commissaire européen un homme raciste et sexiste », a indiqué Dietmar Bartsch, le président du groupe Die Linke (gauche radicale) au Bundestag. De son côté, Katarina Barley, la secrétaire générale du Parti social-démocrate (SPD), a assuré que « quelqu’un qui répand ouvertement des opinions racistes et homophobes se disqualifie pour les plus hautes fonctions politiques ».

En France, l’association SOS Racisme a demandé à Jean-Claude Juncker, président de la Commission européenne, et à la chancelière allemande, Angela Merkel, de « prendre les sanctions adéquates face à ce comportement indigne d’un membre de la Commission ».

Günther Oettinger a répondu aux critiques, au journal Die Welt et la radio SWR, où il a dit que parler des « yeux bridés » des chinois était « une expression familière qui ne se voulait en aucun cas un manque de respect » à leur égard.

Les autorités chinoises ont, pour leur part, réagi hier à ces propos, dénonçant le « sentiment de supériorité » du commissaire européen. « Les remarques en question démontrent un effarant sentiment de supériorité enraciné chez certains dirigeants politiques occidentaux », a déclaré ce mercredi 2 novembre Hua Chunying, porte-parole du ministère des affaires étrangères.

« Nous espérons qu’ils puissent apprendre à avoir une vision objective d’eux-mêmes et des autres et à respecter et traiter les autres sur un pied d’égalité », a ajouté cette dernière.