Le nombre des divorces a augmenté juste après la levée de la quarantaine due au coronavirus Covid-19. Des spécialistes affirment que les couples se séparent après avoir passé trop de temps ensemble en isolement.

Le taux de divortialité a considérablement augmenté parce que «les couples passent trop de temps ensemble à la maison» pendant l’auto-isolement dû au coronavirus, a écrit le journal Global Times, en se basant sur le nombre d’enregistrement de demande de divorce des bureaux de l’état civil du pays.

Les fonctionnaires estiment que cela été causé par le fait que les conjoints aient passé trop de temps dans un endroit clos pendant la quarantaine. «Le taux de divorce a grimpé en flèche par rapport à avant», a indiqué Lu Shijun, directeur d’un bureau de la province du Sichuan. «Les jeunes passent beaucoup de temps à la maison. Ils ont tendance à se disputer pour un oui ou pour un non et à divorcer à la hâte», a-t-il expliqué aux journalistes.

Une autre explication pourrait expliqué cette hausse importante : le retard des demandes en raison de la fermeture forcée des bureaux pendant près d’un mois. Des chercheurs ont étudié les effets de l’enfermement dans un endroit clos sur des couples.

Il en résulte une étude publiée en 2018 attestant que les conjoints qui vivaient ensemble avant le mariage avaient des taux de divorce plus faibles la première année que les couples qui n’avaient pas vécu une telle expérience. Mais un taux de divortialité plus élevé a été constaté dans le cas des personnes vivant avec leur conjoint pendant cinq ans ou plus.