jeudi, mai 23

Hong Kong, 6ème économie la plus compétitive du monde

Selon le dernier indice de compétitivité mondiale du Forum économique mondial, la Région administrative spéciale de Hong Kong a été classée 6ème économie la plus compétitive du monde.

L’île a grimpé de trois places par rapport à 2016. Désormais, l’ancienne colonie britannique est devancée par la Suisse, les États-Unis, Singapour, les Pays-Bas et l’Allemagne. De son côté, la Chine continentale est classée 27ème.

L’organisation du Forum économique mondial  a salué les autorités hongkongaises pour la qualité de ses infrastructures et pour être le 2ème marché le plus efficace.

Dans son rapport, le WEF a indiqué que l’île possède « un niveau sain de concurrence et d’ouverture, et qu’elle est soutenue par des marchés financiers solides et stables ».

Au cours de la dernière année, a Hong Kong a bénéficié d’un environnement macroéconomique plus favorable, en partie grâce à la stabilisation des marchés financiers régionaux, ont précisé les rapporteurs.

L’indice du Forum économique mondial classe tous les ans 137 économies de la planète en fonction de leur capacité à soutenir une croissance inclusive qui offre des changements positifs et profite aux citoyens et à l’environnement.

Smart City à Hong Kong

D’ailleurs en vue d’améliorer son secteur commercial, l’Autorité monétaire de Hong Kong (Hong Kong Monetary Authority, HKMA) a présenté le 30 mars 2017 le résultat d’un projet mené en collaborations avec les principales institutions bancaires et financières de la RAS, afin de développer une plateforme basée sur la « technologie de registre distribué » (distributed ledger technologies, DLT), plus connue sous le terme de « blockchain ».

La HKMA et ses partenaires sont parvenus à prouver la faisabilité de leur concept, destiné à réduire le risque des activités frauduleuses, améliorer la transparence, l’efficacité et la productivité du secteur commercial hongkongais.

Le projet a débuté en décembre 2016 sur le financement des transactions commerciales (Trade Finance), afin de créer une plateforme tirant profit de la « blockchain », à destination des banques, des communautés d’acheteurs et de vendeurs et des entreprises de logistiques.

Le développement de cette plateforme devait servir à démontrer aux acteurs hongkongais du secteur l’efficacité de la « blockchain », qui est une technologie de stockage et de transmission d’informations, transparente, sécurisée, et fonctionnant sans organe central de contrôle (définition de Blockchain France).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *