Selon les statistiques de l’ambassade chinoise à Yaoundé, les échanges commerciaux entre la Chine et le Cameroun ont atteint 2,6 milliards de dollars (2,31 mds €) en 2015, soit environ 1 430 milliards de francs Cfa.

La Chine est le premier partenaire commercial du Cameroun. L’ambassadeur de Chine au Cameroun, Wei Wenhua, avait assuré que la locomotive économique de la CEMAC est « le 2ème grand bénéficiaire africain des financements chinois ».

Le Cameroun a bénéficié de 2,5 mds € sur les 77,4 investit dans le continent

Or, selon les chiffres affirment du contraire. Ainsi, selon le rapport sur les financements chinois en Afrique du China Africa Research Initiative (CARI), publié en juin 2016 par l’Université américaine John Hopkins : sur les 77,4 milliards d’euros de prêts versés par la Chine aux états, banques et entreprises africains, entre 2000 et 2014, le Cameroun a obtenu une enveloppe globale de 2,5 milliards d’euros.

Le Cameroun se classe alors au 9ème rang des pays africains bénéficiant le plus de financements chinois. L’Angola est en tête avec 18,86 milliards d’euros, suivie de l’Ethiopie (11 milliards d’euros), le Soudan (5 milliards d’euros), le Kenya (4,61 milliards d’euros), la République démocratique du Congo (4,36 milliards d’euros), le Congo (3,3 milliards d’euros), le Nigeria (3,1 milliards d’euros) et le Ghana (2,8 milliards d’euros).

En septembre 2017, les gouvernements camerounais et chinois ont signé un accord de coopération économique et technique. D’un montant de 8,3 milliards de francs Cfa, cet accord va permettre de financer les travaux de construction du nouvel immeuble-siège de l’Assemblée nationale, à Yaoundé.

Cet accord de financement redonne vie à un ancien projet datant d’août 2005. Celui-ci avait lancé, pour la première fois, un appel d’offre afin de réaliser des travaux de construction de l’assemblée nationale.

Selon les prévisions initiales du projet, le nouvel immeuble-siège de l’Assemblée nationale devrait avoir au moins 13 étages, afin d’abriter un hémicycle et un bureau pour chacun des 180 députés que compte la chambre basse du parlement camerounais.

Eximbank China investit massivement au Cameroun

Eximbank China vient de concéder au Cameroun un prêt de 19,5 milliards de francs Cfa, pour le financement d’un projet baptisé « e-government », visant à faciliter le commerce international.

Ce projet va mettre en place une plateforme permettant aux opérateurs économiques d’avoir accès à des informations générales, aux normes en vigueur et à différents services, en rapport avec les échanges commerciaux internationaux.

Le ministère camerounais de l’économie a signé avec les autorités chinoises des accords de coopération économique et technique d’ un montant de 49,4 milliards de francs Cfa (77,22 millions d’euros), destinés au financement de la phase 2 du projet d’alimentation en eau potable de 9 villes camerounaises.

Ces financements consentis par Eximbank China  concernent les villes de Dschang (région de l’Ouest), Yabassi (Littoral), Maroua (Extrême-Nord), Garoua (Nord) et Garoua-Boulai (Est).

La première phase de ce projet, lancé en septembre 2014 et achevée en août 2017, a couvert les villes de Bafoussam (Ouest), Bamenda (Nord-Ouest), Kribi et Sangmélima (Sud).

 

Selon, les statistiques de la douane chinoise ont indiqué que la Chine a importé 4 920 tonnes de coton du Cameroun, entre janvier et juin 2017, dont 648 tonnes au cours du seul mois de juin dernier.  Le Cameroun atteint ainsi le 6ème rang des fournisseurs de coton brut à la Chine. Le Cameroun est le 3ème fournisseur de coton de l’Empire du milieu, derrière le Bénin (16 837 tonnes au premier semestre) et le Soudan (13 030 tonnes), mais devant le Burkina Faso (4 755 tonnes). D’après les conclusions du Forum intitulé « Evolution, défis et perspectives de la filière coton au Cameroun et son accompagnement par les partenaires» de mai 2017, plus de 80% du coton africain est traité en Chine, à bas prix.

 

La Chine a investit 31,2 milliards d’euros au Cameroun