Huawei Technologies a annoncé ce 18 décembre son intention d’investir 2 milliards de dollars (1,76 milliard d’euros) au cours des cinq prochaines années dans la cyber-sécurité.

La compagnie compte renforcer ses équipes et moderniser ses laboratoires de recherche & développement. Huawei est le premier fournisseur mondial d’équipements de réseaux de télécommunications et le deuxième fabricant de smartphones.

Mais pour les agences du renseignement américain, Huawei est trop proche du gouvernement. La société est sous le feu des projecteurs depuis l’arrestation le 1er décembre au Canada de sa directrice financière, Meng Wanzhou.

Cette dernière est soupçonnée par Washington d’avoir dissimulé des liens existant entre l’entreprise chinoise et une firme qui essayait de contourner les sanctions américaines contre l’Iran.

Les dirigeants américains ont informé leurs alliés occidentaux, dont le Canada, que les équipements de réseau de Huawei pouvaient receler des « portes dérobées » susceptibles d’être ouvertes à des fins de cyber-espionnage.

Certains pays, comme l’Australie et la Nouvelle-Zélande, ont déjà exclu le fabricant de la construction de leurs réseaux mobiles de cinquième génération pour des raisons de sécurité nationale. Le Japon prévoit également de lui interdire l’accès à ses marchés.

En France, Orange a décidé de ne pas faire appel au groupe chinois pour bâtir son réseau de prochaine génération et en Allemagne, la Deutsche Telekom a annoncé un réexamen de sa stratégie en matière de fournisseurs.

De son côté, Huawei assure que ces inquiétudes en matière de sécurité sont infondées. « Exclure les concurrents du terrain de jeu ne peut pas vous rendre meilleur. Nous pensons que toute inquiétude ou accusation concernant la sécurité chez Huawei devrait être fondée sur des éléments de preuves », a déclaré son président en exercice Ken Hu, lors d’une conférence de presse dans les bureaux du groupe à Dongguan.

« Sans éléments de preuves, nous n’acceptons pas et nous réfutons ces allégations », a ajouté ce dernier. Ken Hu a souligné que Huawei détient plus de 25 contrats commerciaux de téléphonie mobile de 5G. D’ailleurs, Huawei a livré plus de 10.000 stations de base 5G, a-t-il précisé.

Huawei a table sur un chiffre d’affaires de plus de 100 milliards de dollars (88 milliards d’euros) cette année, soit une hausse de 8,7% par rapport à l’année dernière (environ 92 milliards).