lundi, juillet 15

La Chine a protesté après la visite à Taiwan de l’ancien Premier ministre japonais

Taro Aso, vice-président du Parti libéral démocrate du Japon et ancien Premier ministre, s’est récemment rendu à Taïwan, et a rencontré Tsai Ing-wen, Lai Qingde et d’autres responsables taiwanais, provoquant la colère de la Chine.

Ce dernier d’ailleurs prononcé un discours à Taïwan disant que les guerres dans le détroit de Taïwan et la région ne devrait pas se produire, et qu’une forte dissuasion et des combats devraient être menés à l’heure actuelle par une préparation psychologique.

L’ancien premier ministre japonais Aso Taro a déclaré dans un discours à Taïwan qu’avoir « la volonté de se battre » servirait de force de dissuasion dans la région. Selon NHK, il a évoqué la pression militaire croissante de la Chine sur Taïwan, il a affirmé que la paix et la stabilité dans le détroit de Taïwan étaient très importantes pour la stabilité du Japon et de la communauté internationale, et que le monde entier commençait à le reconnaître.

Taro Aso a rencontré Tsai Ing-wen

Taro Aso a déclaré qu’à aucun autre moment de l’histoire, le Japon, les États-Unis, Taïwan et les autres pays concernés n’ont eu à faire usage d’une force de dissuasion extrêmement puissante. Selon lui, si les Etats communiquaient clairement sur leur intention d’utiliser leurs capacités de défense pour secourir Taïwan, cela aurait un effet dissuasif en cas d’urgence.

La dirigeante de la République, Tsai Ing-wen a reçu le 8 août à Taipei l’ancien premier ministre japonais Taro Aso, après sa participation au Forum Ketagalan : Dialogue sur la sécurité en Indo-Pacifique 2023.

« Taiwan et le Japon continueront de contribuer à la prospérité régionale en établissant des chaînes d’approvisionnement résilientes et sûres grâce à la collaboration des secteurs public et privé », a déclaré Tsai Ing-wen.

« Au cours des dernières années, les deux ont collaboré pour gérer la pandémie de Covid-19 et ont approfondi leur partenariat dans divers domaines, comme en témoigne le montant record de 88,2 milliards de dollars américains atteint par les échanges commerciaux bilatéraux en 2022« , a-t-elle ajouté.

Tsai Ing-wen a évoqué « les propos élogieux prononcés en 2020 par Aso Taro à propos du contrôle de la pandémie par Taiwan ainsi que sa critique du rejet par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) de la participation de Taiwan », selon le communiqué du ministère des Affaires étrangères.

Elle a également mit en avant le soutien apporté par le gouvernement japonais à la stabilité dans le détroit de Taiwan à l’occasion cette année du sommet du Groupe des Sept (G7). Tsai Ing-wen compte surtout « sur le soutien du Japon, membre fondateur, à la participation de Taiwan à l’Accord de partenariat transpacifique global et progressiste » (CPTPP).

Pékin proteste contre cette visite

Lors d’un point presse, le 13 août, un porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, a indiqué qu »au mépris de la ferme opposition de la Chine, certains hommes politiques japonais ont insisté pour se rendre dans la région chinoise de Taïwan et blasphémer, exagérer la situation tendue dans le détroit de Taïwan, provoquer la confrontation et la confrontation et s’ingérer grossièrement dans les affaires intérieures de la Chine, le principe d’une seule Chine et l’esprit des quatre documents politiques sino-japonais bafouaient les normes fondamentales des relations internationales ».

La Chine a « fait des démarches solennelles auprès de la partie japonaise et l’a fermement condamnée ».

Le porte-parole a indiqué que « le Japon a autrefois colonisé Taïwan pendant un demi-siècle, réprimé brutalement la résistance du peuple taiwanais et commis d’innombrables crimes. Il porte une lourde responsabilité historique envers la Chine ».

« Les politiciens japonais se sont rendus à Taïwan pour dire qu’ils appelleraient la guerre et ont pris l’attitude de craindre que le détroit de Taïwan ne soit pas chaotique, ils voulaient pousser le peuple de Taïwan dans un gouffre. La Chine n’est plus le gouvernement Qing lorsque le ‘Traité de Shimonoseki’ a été signé en 1895. Comment des politiciens japonais individuels peuvent-ils avoir les qualifications et la confiance nécessaires pour faire des remarques irresponsables sur la question de Taiwan! », a souligné le représentant de la diplomatie chinoise.

Ce dernier a exhorté le Japon « à réfléchir profondément à son histoire d’agression, à respecter le principe d’une seule Chine et ses engagements sur la question de Taiwan, à s’abstenir de s’ingérer de quelque manière que ce soit dans les affaires intérieures de la Chine et à s’abstenir de soutenir les séparatistes de ‘l’indépendance de Taiwan' ».

De plus, il a indiqué aux autorités taiwanaises que « l’indépendance de Taiwan est une impasse, flatter le Japon et vendre Taiwan ne fera que nuire au peuple taïwanais, et toute tentative de provoquer ‘l’indépendance’ avec des forces extérieures est vouée à l’échec ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *