mercredi, mai 22

La Chine renforce son emprise sur Hong Kong

Par Project Syndicate, de Chris Patten – Il y a quelques semaines, j’ai été invité par plusieurs églises d’Oxford et des environs à participer à une réunion d’une journée qu’elles avaient organisée pour accueillir les émigrés de Hong Kong et leurs familles dans la région. Presque tous les participants bénéficiaient du système de visa introduit par le Royaume-Uni en 2021, qui permet aux résidents de Hong Kong cherchant refuge contre l’escalade de la répression de s’installer au Royaume-Uni et leur offre une voie vers la citoyenneté britannique. Beaucoup s’étaient déjà installés et contribuaient activement à leur nouvelle communauté.

Les qualifications professionnelles de bon nombre de ces expatriés en font des membres très appréciés de la société britannique. Beaucoup ont également fait preuve d’extraordinaires compétences entrepreneuriales et d’une ambition farouche. Un étudiant a observé que bon nombre des premières places de son école étaient désormais occupées par de nouveaux étudiants de Hong Kong. Il semble que la fuite des cerveaux à Hong Kong corresponde à un gain de cerveaux pour la Grande-Bretagne.

Il est peu probable que quiconque au sein du gouvernement actuel de Hong Kong comprenne pourquoi cet exode se produit. Mais c’est le résultat inévitable des efforts du Parti communiste chinois (PCC) pour contrôler Hong Kong sans la contribution de ses habitants.

Naturellement, ceux avec qui j’ai parlé étaient tristes d’avoir été poussés à l’exil par l’instauration d’un État policier. Hong Kong était une ville mondiale remarquable et largement admirée : belle, prospère et inclusive. Elle disposait de services publics exceptionnels, d’une force de police qui bénéficiait d’un large soutien du public, d’une société civile dynamique et d’une jeunesse dont l’amour pour les valeurs démocratiques de la ville dépassait de loin tout respect imaginable pour le communisme chinois.

Le désir des jeunes de vivre dans une société libre et diversifiée souligne le contraste entre les valeurs culturelles chinoises et le régime oppressif du PCC. Les dirigeants chinois n’ont jamais réussi à reconnaître cette réalité, révélant l’incapacité du régime à se réformer, et encore moins à établir un modèle sociopolitique attrayant.

Lors du rassemblement à Oxford, lorsque j’ai demandé aux gens pourquoi ils avaient quitté Hong Kong, ils ont pointé du doigt leurs enfants. Le départ a été une expérience douloureuse pour beaucoup. Mais ils étaient déterminés à ne pas permettre à leurs enfants de grandir dans une société qui ne comprenait pas le sens de la liberté et ne reconnaissait pas le droit de ses citoyens à connaître leur propre histoire et à rester informés des événements mondiaux.

Cela illustre l’incapacité persistante de la Chine à comprendre Hong Kong. Tout en réécrivant les manuels scolaires des enfants dont ils étouffaient les ambitions, les responsables du PCC ont catégoriquement refusé de reconnaître que Hong Kong avait jamais été une colonie britannique. Selon eux, il s’agissait simplement d’un territoire occupé, mais ils hésitaient à préciser qui l’avait occupé.

La grande majorité des résidents actuels de Hong Kong sont soit des réfugiés, soit des descendants de réfugiés de la Chine communiste. Ils ont fui les horreurs de la Révolution culturelle, la Grande Famine de Mao Zedong qui a coûté la vie à 20 à 40 millions de personnes et contraint certaines à recourir au cannibalisme, et le désastreux «Grand Bond en avant» économique. Même s’il existe des questions valables sur la relation historique du Royaume-Uni avec Hong Kong, on ne peut ignorer le fait que de nombreux Hongkongais ont cherché refuge contre le communisme chinois dans une colonie britannique.

L’exode le plus récent a été déclenché par la répression globale et vengeresse du gouvernement chinois contre les libertés démocratiques et l’État de droit de la ville. Au cours des trois dernières années, le gouvernement fantoche de Hong Kong a appliqué avec empressement les mesures répressives de Pékin.

Dans le cadre d’une nouvelle violation du traité de Déclaration commune entre la Chine et le Royaume-Uni, qui visait à garantir que l’autonomie et le mode de vie de Hong Kong seraient sauvegardés jusqu’en 2047, l’administration fantoche du chef de l’exécutif John Lee a récemment promulgué sa propre loi répressive sur la sécurité nationale. La nouvelle loi, connue sous le nom d’Article 23, est entrée en vigueur le 23 mars après avoir été adoptée par l’assemblée législative du gouvernement local, en même temps qu’une série d’autres mesures répressives. Apparemment, il vise à freiner les activités traîtres ou séditieuses. En réalité, l’objectif de la loi est de supprimer tout activisme démocratique restant dans la ville et de couper tout contact entre les défenseurs de la liberté et le monde extérieur.

La loi vise également ce qu’on appelle la «résistance douce», même si la signification précise de ce terme reste floue. En fait, certaines infractions sont si vaguement définies qu’elles permettent aux autorités d’arrêter pratiquement n’importe qui sur la base d’accusations fabriquées de toutes pièces ou absurdes. Par exemple, une personne pourrait être arrêtée pour avoir conservé un ancien exemplaire du journal pro-démocratie Apple Daily, qui a été contraint de fermer ses portes en 2021, et le montrer à un ami dans sa propre maison. Il existe même une incertitude quant à savoir si les catholiques pourraient être poursuivis pour des choses qu’ils révèlent lors de la confession.

L’introduction de la nouvelle loi sur la sécurité nationale à Hong Kong a été fermement condamnée par le Royaume-Uni, l’Union européenne et les États-Unis. À Washington, il y a une pression croissante pour mettre à jour les avis aux voyageurs du Département d’État afin d’alerter les particuliers et les entreprises sur les risques potentiels de visiter Hong Kong ou d’y faire des affaires. Les conséquences économiques d’une telle décision sont claires : davantage de personnes partiront et moins d’entreprises envisageront de s’implanter dans la ville.

Rien de tout cela ne devrait surprendre. Cette dernière répression illustre l’idée de l’État de droit du PCC, que le spécialiste américain de la Chine Perry Link a qualifié d’«anaconda dans le lustre» : les citoyens ne savent pas quand ni comment l’État va les réprimer; ils savent simplement que ce sera le cas, ils doivent donc toujours rester vigilants.

L’anaconda du PCC est désormais exporté à Hong Kong. Mais si les économies de la Chine et de Hong Kong commencent à faiblir (comme cela semble être le cas aujourd’hui), peut-être que les gens se rendront compte qu’ils doivent étouffer le serpent avant qu’il ne les étouffe.

Chris Patten, dernier gouverneur britannique de Hong Kong et ancien commissaire européen aux affaires extérieures, est chancelier de l’Université d’Oxford et auteur de The Hong Kong Diaries (Allen Lane, 2022).

Droit d’auteur : Syndicat du projet, 2024.
www.project-syndicate.org

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *