La Chine a annoncé de nouvelles mesures pour encourager les familles à avoir plus d’enfants, après avoir appliqué des contrôles stricts des naissances pendant plus de 30 ans dans le cadre de la politique « un couple, un enfant ».

La Chine est désormais confrontée à une grave crise démographique, avec une main-d’œuvre vieillissante, une économie au ralentie et la croissance démographique la plus lente depuis des décennies.

Lire aussi : Baisse de la population prévue d’ici 2025

Bien que les autorités aient aboli la politique de l’enfant unique en 2016, autorisant jusqu’à trois enfants par couple, les naissances ont continué de baisser au cours des cinq dernières années.

Le 16 août, le ministère de la santé a appelé le gouvernement central et les autorités locales à dépenser davantage pour la santé reproductive et à améliorer les services de garde d’enfants. Pékin a conscience que les services liés à la natalité sont largement insuffisants dans le pays.

Les autorités locales devraient « mettre en place des mesures actives de soutien à la fécondité » par le biais de subventions, de déductions fiscales et d’une meilleure assurance maladie, ainsi que d’aides à l’éducation, au logement et à l’emploi pour les familles, a indiqué le ministère.

Les provinces doivent également s’assurer qu’elles disposent d’un nombre suffisant de garderies d’ici la fin de l’année 2022 pour les enfants âgés de deux à trois ans.

Les villes les plus riches de Chine ont déjà mis en place des prêts au logement, des allégements fiscaux, des aides à l’éducation et même des subventions pour encourager les femmes à avoir plus d’enfants. Les directives publiées le 16 août semblent vouloir étendre cette politique à l’ensemble du territoire.

Le taux de natalité de la Chine est tombé en 2021 à 7,52 naissances pour 1 000 habitants, le plus bas depuis le début des enregistrements en 1949, selon le Bureau national des statistiques de Chine.

Le coût de la vie plus élevé et la propension à avoir des familles plus petites sont parmi les raisons invoquées pour cette baisse des naissances. Début août, les responsables de la santé ont averti que la population chinoise diminuerait d’ici 2025.